Décès d’un ostréiculteur: le parquet écarte les algues vertes

Le 19 juillet 2019 par Stéphanie Senet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
Une nappe d'algues vertes avait été découverte sur les lieux du drame
Une nappe d'algues vertes avait été découverte sur les lieux du drame

Le procureur de la République de Brest a affirmé, le 18 juillet, que les algues vertes n’étaient pas responsables du décès d’un jeune ostréiculteur de 18 ans, 12 jours plus tôt, dans la baie de Morlaix (Finistère).

Selon la justice, les algues vertes ne sont pas responsables. «Les résultats du laboratoire spécialisé en recherche d’hydrogène sulfuré écartent cette thèse», a assuré le procureur de la République de Brest Jean-Philippe Récappé, sans toutefois préciser la cause du décès du jeune homme.

 

Un protocole médical ?

Quelques jours après sa mort, une autopsie avait révélé de l’eau dans les poumons de l’ostréiculteur. Ce qui avait poussé le parquet à demander des analyses plus poussées. Les associations Sauvegarde du Trégor et Halte aux marées vertes avaient pointé la possible intoxication à l’hydrogène sulfuré, le gaz émis par la décomposition des algues vertes, après avoir découvert une grande nappe d’ulves sur les lieux du drame. «La rivière du Frout, qui se jette dans la baie de Morlaix, affiche un taux de nitrates de 53 milligrammes par litre[1]», avaient-elles alerté. Les ONG réclament l’établissement d’un protocole médical automatique en cas de mort suspecte.

 

Des précédents

Les algues vertes ont en effet déjà tué une personne en Bretagne, région où les amas sont les plus importants. Thierry Morfoisse, 48 ans, est décédé en juillet 2009 alors qu’il venait de déverser des algues vertes à Binic (Côtes d’Armor). Le parquet de Brest avait en revanche classé sans suite le dossier lié au décès d’un joggeur de 50 ans, le 8 septembre 2016, dans une vasière du Gouessant (Côtes d’Armor). Au total, 1.860 hectares ont été touchés en 2018 dans la région.

 

 

 



[1] Au-delà de 50 mg/l, les zones sont considérées comme vulnérables par la directive Nitrates de 1991



Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus