Débat sur l’énergie: les Amis de la Terre n’iront pas non plus

Le 15 novembre 2012 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
La seconde ONG à boycotter le débat sur la transition énergétique.
La seconde ONG à boycotter le débat sur la transition énergétique.

L’hémorragie associative se poursuit. Après Greenpeace, en début de semaine, les Amis de la Terre ont confirmé, jeudi 15 novembre, leur intention de ne pas participer au débat sur la transition énergétique qui s’ouvre à une date qui n'est pas encore connue (Delphine Batho a annoncé aux sénateurs le report du lancement, initialement prévu le 20 novembre).

«La première des raisons qui fonde notre décision est la désignation, sans aucune concertation, des membres du comité de pilotage de ce débat», écrit l'association dans un communiqué.?? «Sur les cinq personnalités désignées, deux ont été parmi les principaux promoteurs du nucléaire en France et dans le monde et en contrepartie, aucune place n'a été faite à des représentants actuels de la société civile et des alternatives énergétiques», expliquent les Amis de la Terre. Ce même motif avait entrainé le retrait de Greenpeace.??

Le comité de pilotage, qui devra animer le débat, doit comprendre l'ex-patronne d'Areva Anne Lauvergeon, l'ex-directeur de Greenpeace Bruno Rebelle, le climatologue Jean Jouzel, la directrice de l'Institut du développement durable et des relations internationales Laurence Tubiana, et Pascal Colombani, ancien administrateur général (2000 à 2002) du Commissariat à l'énergie atomique (CEA).??

Le débat aura lieu au sein de la Commission nationale de la transition énergétique (CNTE), sorte de parlement où seront représentés 6 collèges (Etat, ONG, entreprises, syndicats, élus locaux et parlementaires), et dans des conférences régionales.?? D'autres ONG, France Nature Environnement et la Fondation Nicolas Hulot, ont également fait part de leur mécontentement concernant la composition du comité de pilotage, qui devrait être présidé par la ministre en charge de l'énergie Delphine Batho.??

Les ONG réclament une ouverture du comité de pilotage à d'autres filières de l'énergie (renouvelables, efficacité énergétique) et demandent que la présidence ne revienne pas forcément à la ministre.?? Au-delà de ce comité, les Amis de la Terre dénoncent le flou qui entoure l'organisation du débat et notamment la manière d'y associer les citoyens.? Une position partagée par d’autres organisations, comme le réseau Action-climat France.?

Ils estiment aussi qu'en 6 mois de mandat, le gouvernement a multiplié les signaux négatifs, dans lesquels ils rangent les décisions sur le nucléaire, la crispation incompréhensible sur Notre-Dame-des-Landes, l'éventualité d'une exploitation des gaz de schiste qui reste toujours sous-jacente. Autant de mesures et de projets opposés à la transition énergétique, écrit l'ONG. De nouveaux signaux leur seront peut-être donnés prochainement. Une délégation d’ONG doit être reçue, demain 16 novembre, par les services du Premier ministre. Dernière rencontre avant la rupture?



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus