De Thêtis naissent des projets

Le 10 avril 2014 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
DCNS entend installer 150 hydroliennes à proximité de l'île anglo-normande d'Aurigny.
DCNS entend installer 150 hydroliennes à proximité de l'île anglo-normande d'Aurigny.
DCNS

L’hydrolien, ce n’est peut-être pas pour demain. Mais l’on s’y prépare. A l’occasion du salon Thétis, dont le JDLE est partenaire, l'Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie (Ademe) a annoncé que l’État allait donner un coup de pouce à deux initiatives. Pas moins de 11,2 millions d’euros, issus des Investissements d’avenir, seront octroyés aux promoteurs de Prismer et Pile & Tide.

Le premier projet, mené par Alstom, vise à mettre au point un dispositif de raccordement électrique intégré des hydroliennes. Ce subsea hub permettrait de réduire les longueurs de câbles sous-marins et le nombre de sous-stations entre les fermes et la terre.

Coordonné par Géocéan, Pile & Tide est un prototype d’outil de forage, dérivé de la pelle Abyss, destiné à préparer les fonds marins à la construction des fondations des hydroliennes.

Une ferme et une ligne

Les Constructions mécaniques de Normandie (CMN) et la société HydroQuest ont, de leur côté, conclu un accord de partenariat afin de développer des parcs d'hydroliennes marines.

Associées au groupe Valorem à et l'université de Caen, ces deux entreprises soumissionneront à l'appel à manifestation d'intérêt (AMI) «Fermes-pilotes hydroliennes», qui se clôture le 25 avril. Le consortium présentera le projet Searius, lequel prévoit la construction d'une ferme-pilote de 10 hydroliennes de 1,3 mégawatt unitaire dans le raz Blanchard (Cotentin).

Parallèlement, OpenHydro (groupe DCNS) et Alderney Renewable Energy (ARE) ont annoncé la création d’une co-entreprise. Race Tidal construira une ferme hydrolienne de 300 MW, à proximité de l’île anglo-normande d’Aurigny. La filiale de DCNS  prévoit d’installer 150 turbines de 2 MW unitaire. La ferme pourrait être opérationnelle d’ici 2020.

Indépendant de l’AMI «Fermes-pilotes hydroliennes» de l’Ademe, ce projet est tributaire du FAB: un câble électrique de 1.400 MW de capacité reliant la France, Aurigny et le Royaume-Uni d’ici 2020. Cette interconnexion doit être réalisée par RTE et la société britannique FABLink, filiale d’ARE et de Transmission Investment.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus