De nombreux conflits liés à l’usage des terres agricoles

Le 29 mai 2008 par Agnès Ginestet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Dans un communiqué du 26 mai, l’Institut national de recherche agronomique (Inra) explique que les conflits touchant les espaces ruraux et périurbains sont «de plus en plus portés devant les tribunaux». C’est ce qui ressort de travaux pluridisciplinaires initiés sur ce thème par l’économiste André Torre il y a 4 ans (1). Se basant sur l’étude de 10 zones représentatives de la diversité des paysages , les chercheurs en ont conclu que, si peu de conflits concernent l’impact d’une activité agricole (pollutions de l’eau et nuisances sonores entraînées par les élevages…), un grand nombre sont directement liés à l’usage des terres. C’est le cas des conflits portant sur les changements de zonage de territoires, par exemple leur passage en zones Natura 2000. Par ailleurs, les chercheurs estiment que 70% des conflits sont «anticipés», c’est-à-dire qu’ils ont pour principal objectif d’«empêcher la construction d’éoliennes, de résidences, d’infrastructures industrielles ou encore de décharges». Selon eux, les conflits ne sont pas un échec, et même si, au final, il n’y a pas d’issue, ils peuvent être «la matrice des arrangements et des projets futurs».

(1) «Conflits et tensions autour des usages de l’espace dans les territoires ruraux et périurbains. Le cas de 6 zones géographiques françaises», Revue d’économie régionale et urbaine, 2006, n°3, pp. 411-450 ; Kirat Th., Torre A. (eds), 2006 et 2007; «Conflits d’usages et dynamiques spatiales. Les antagonismes dans l’occupation des espaces périurbains et ruraux» (I et II), Géographie, Economie, Société, Vol. 8, n°3 et Vol. 9, n°2


A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus