De l’intermittence, faisons table rase

Le 03 décembre 2015 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
La puissance de la centrale d'Alata est supérieure à 4 MWc.
La puissance de la centrale d'Alata est supérieure à 4 MWc.
DR

Grâce à l'informatique et aux batteries, l'intermittence des énergies renouvelables n'est plus qu'un souvenir.

éolienne ou solaire, l’énergie renouvelable souffre d’un gros inconvénient : elle est intermittente. L’absence de vent ou de soleil oblige l’énergéticien à recourir à d’autres sources de production d’électricité, souvent plus polluantes que les énergies vertes. Mais ça, c’était avant ! Depuis quelques semaines, Confély Ineo, une filiale d’Engie, expérimente un nouveau type de Smart Grid qui pourrait sonner la fin de cette intermittence.

 

Installée à une vingtaine de kilomètres d’Ajaccio, Alata associe une centrale photovoltaïque de 4,4 MWc à un système de batteries lithium-ion de forte capacité. Le tout est piloté par un logiciel. Selon la météo et le niveau de consommation, le système oriente automatiquement et en permanence la production des panneaux vers les batteries ou le réseau de distribution.

 

Selon les besoins, la centrale peut donc injecter du courant pendant la nuit, continuer d’en délivrer sous un ciel nuageux. Lors des périodes de basse consommation, Alata peut aussi stocker toute sa production. Ainsi gérée, la production photovoltaïque ne perturbe plus la gestion de réseau de distribution.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus