Dans la forêt, résoudre l’équation du carbone et du bois

Le 11 avril 2018 par Stéphanie Senet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
La forêt française stocke 10% des émissions annuelles de gaz à effet de serre
La forêt française stocke 10% des émissions annuelles de gaz à effet de serre

Dans le scénario forestier de la PPE, le ministère de la transition énergétique met le pied sur l’accélérateur. A la fois pour accroître les stocks de carbone et les produits issus du bois.

Si la forêt est appelée à la rescousse, c’est pour accroître son rôle de ‘pompe à carbone’, tout en préservant ses apports en énergie et en matériaux. Alors qu’elle occupe environ 24 millions d’hectares dont 17 Mha en métropole, elle stocke en effet 10% des émissions annuelles de gaz à effet de serre.

La Direction générale du climat et de l’énergie (DGEC) cite d’ailleurs l’Accord de Paris, invitant les Etats à renforcer les puits et réservoirs de GES des écosystèmes terrestres, notamment les forêts, d’ici la fin du XXIe siècle. L’objectif proposé pour 2050 est donc de séquestrer de 35 à 50 millions de tonnes équivalent (Mtéq) CO2 dans le massif de l’Hexagone: presque les émissions imputées à l’agriculture.

 

Prélèvements en hausse

Comme les produits du bois allègent aussi le bilan carbone des secteurs de l’énergie et de l’industrie en offrant combustibles et matières, le scénario suggère d’atteindre entre 75 et 95 millions de mètres cubes de volumes de bois en 2050. En comparaison, le prélèvement annuel moyen est estimé à 60 Mm3 pour un accroissement biologique annuel de 120 Mm3. Soit un taux de prélèvement de 50%.

 

En avant le reboisement

La DGEC reste toutefois floue sur les moyens d’y parvenir. Pour accroître les stocks de carbone, elle s’appuie sur «l’amélioration de la gestion sylvicole», «le reboisement par enrichissement des boisements spontanés et boisement des terres dégradées et non utilisées», et «la réduction drastique des défrichements». Pour le reste, elle suggère d’allonger la durée de vie des produits du bois et de développer leur recyclage et leur valorisation énergétique après utilisation. Une équation délicate, qui nécessitera d’être précisée lors des débats autour de la PPE[1].

 

 

 

 



[1] Programmation pluriannuelle de l’énergie

 



Sites du groupe
Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus