Dans l’Arctique, les apports continentaux explosent

Le 04 janvier 2018 par Romain Loury
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
Plus de radium 228 dans l'Arctique
Plus de radium 228 dans l'Arctique

L’océan Arctique est en plein bouleversement chimique: selon une étude publiée mercredi 3 janvier dans la revue Science Advances, les apports de sédiments continentaux sont en très forte augmentation, avec des effets inconnus sur la chaîne alimentaire.

C’est une des conséquences de la fonte de la banquise arctique: avec l’accroissement de la surface liquide,les marges continentales sont de plus en plus exposées aux vagues, ce qui augmente l’érosion côtière. Or ce phénomène aurait connu une très nette hausse ces dernières années.

Lauren Kipp, de la Woods Hole Oceanographic Institution (Massachusetts), et ses collègues ont étudié la teneur, au centre de l’océan Arctique, du radium 228 en surface. Très soluble dans l’eau, cet élément radioactif, issu de la désintégration du thorium, constitue un bon marqueur des apports continentaux reçus par le milieu marin.

Des apports doublés en moins de 10 ans

Selon les mesures effectuées en 2015 par l’équipe, cette teneur a quasiment doublé depuis une précédente étude menée en 2007! Outre la hausse de l’érosion côtière, les chercheurs évoquent deux autres sources possibles du radium 228, elles aussi liées au réchauffement: la fonte du pergélisol, dont les produits vont in fine se retrouver en mer, et un débit plus important des cours d’eau se jetant dans l’Arctique.

Au-delà du radium 228, simple marqueur, ce sont tous les nutriments d’origine continentale, comme le carbone, dont l’afflux serait fortement accru par le réchauffement. Et ce au risque d’altérer le profil biogéochimiquede l’océan Arctique, ce qui aurait pour effet de stimuler la croissance du plancton, à la base de la chaîne alimentaire marine, et de bouleverser l’écosystème marin.



Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus