Danone sort sa calculette de CO2

Le 06 décembre 2011 par Stéphanie Senet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

Le groupe Danone s’associe au concepteur de logiciels d’entreprise SAP pour déployer un système calculant l’empreinte carbone de 35.000 produits d’ici la fin 2012.

«Nous nous sommes fixé l’objectif de 30% de réduction de notre intensité carbone pour la période 2008-2012, avec l’idée que demain, le carbone sera monétarisé», a lancé la directrice générale Nature de Danone, Myriam Cohen-Welgryn, lors de la conférence de presse organisée aujourd’hui 6 décembre à Paris.

 
Il s’agit du deuxième programme d’action mis en place par Danone, qui annonce avoir déjà réduit, entre 2000 et 2010, sa consommation d’énergie de 42%, sa consommation d’eau de 41%, le poids de ses emballages de 10% et avoir valorisé 86% de ses déchets d’usines (1). L’empreinte carbone a par ailleurs fait son entrée dans les critères de rémunération des 1.400 dirigeants du groupe (2).
 
Ce nouvel objectif laisse donc de côté la consommation d’eau et d’énergie pour se focaliser sur les seules émissions de CO2, qui s’élèvent à 14 millions de tonnes pour l’ensemble du groupe.
 
Danone affirme avoir réduit son intensité carbone de 22% entre 2000 et 2010, grâce à une réduction de l’utilisation des ressources et du packaging de certains produits laitiers. Pour gagner 8 points supplémentaires, le groupe a troqué son ancienne base de données Excel pour une solution informatique dédiée, développée avec SAP. Celle-ci génère automatiquement 80% des informations, c’est-à-dire les émissions par produit et par étape de fabrication. Les 20% qui restent seraient indiquées au cas par cas… 15 filiales sont déjà équipées. Il devrait y en avoir 22 d’ici la fin de l’année prochaine, ce qui représentera 35.000 produits.
 
A y regarder de plus près, l’objectif de réduire les émissions de 30% ne concernera pas toute la chaîne de production, et en particulier pas la fabrication du lait, responsable de 45% du CO2 émis par le groupe. «Lorsque nous avons lancé notre plan de réduction en 2008, nous ne disposions pas de données suffisantes pour le lait», justifie Marc Lagoutte, directeur général des systèmes d’informations de Danone. La réduction touchera donc les émissions dues aux usines (10% des émissions totales), au transport (environ14%), et au packaging (environ 16%).
 
Les données sur les émissions de la fabrication du lait sont toutefois prises en compte par le nouveau référentiel de Danone, en vue d’actions à développer à l’avenir.
 
Quant à la consommation d’eau, «on sait très bien que c’est un critère beaucoup plus compliqué que les émissions de CO2, que l’on peut baser sur les systèmes existant sur les coûts financiers», a affirmé Nicolas Sekkaki, directeur général de SAP France, qui n’a pas précisé le mode de calcul des données générées automatiquement par le système.
 
 
(1) Ces données sont issues de son rapport Développement durable 2010 http://www.danone.com/fr/developpement-durable.html
(2) Un tiers de leur rémunération est fonction des performances économiques, un tiers des performances individuelles et un tiers des performances sociétales (l’empreinte carbone est l’un des critères de calcul).


A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus