Danemark: un plan pour les déchets

Le 24 novembre 2004 par Loïc Chauveau
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

A l’horizon 2008, le Danemark entend réduire drastiquement la mise en décharge, améliorer les taux de recyclage et maintenir l’activité des incinérateurs. Le pays veut diminuer les impacts environnementaux des déchets.

«Nous n'accepterons plus les impacts environnementaux inutiles de nos déchets. C'est le message très clair de notre stratégie déchets 2005-2008», déclare en préambule le ministre danois de l'Environnement, Hans Christian Schmidt. Le document que vient de publier le gouvernement entend soustraire le pays au problème de gestion des déchets dans un délai relativement court. Les objectifs sont très ambitieux.

Le royaume produit 3.083.000 tonnes de déchets ménagers (pour 5,2 millions d'habitants). Aussi, le premier objectif consiste selon le plan, à découpler la croissance économique de l'augmentation de la production de déchets. Avec sept kilos par an et par habitant, le pays fait en effet face à un problème qui n'a pour l'instant pas fait l'objet d'une effort national de limitation des volumes produits. Si le Danemark annonce actuellement un taux de recyclage de 60%, c'est grâce à de bons résultats sur les déchets du BTP. L'incinération y est reconnue comme une solution vertueuse puisqu'elle permet de produire de l'énergie. Ainsi, les 32 incinérateurs du pays ont brûlé 2,9 millions de tonnes de déchets en 2002 (toutes catégories confondues) et 300.000 tonnes de boues de station d'épuration. Seul l'enfouissement est considéré comme une aberration économique et écologique.

L'objectif national pour 2008 repose donc pour la première fois sur un ralentissement de la croissance des volumes même si aucun objectif n'est donné en matière de réduction. Le plan émet par ailleurs les hypothèses d'une part effective de recyclage des déchets ménagers de 65%, contre 26% pour l'incinération et 9% pour le stockage.

En 2002, les déchets des industries représentaient 2.616.000 tonnes dont 65% étaient recyclés, 22% enfouis et le reste incinéré. Dans quatre ans, il devra y avoir moins de 15% de déchets dangereux stockés, 68% devront être recyclés, le reste incinéré. Dans l'industrie, les politiques de réduction à la source commencent à porter leur fruit. Les volumes de déchets dangereux produits ont baissé de 11% entre 2001 et 2002.

Pour atteindre ces objectifs, les pouvoirs publics comptent principalement sur des outils économiques. Il s'agit de promouvoir la réduction à la source des déchets, l'éco-conception des produits et le recyclage matière au coût le plus raisonnable possible : «nous devons nous acharner à développer les meilleurs moyens de traitement pour l'environnement, écrivent les auteurs du rapport. Mais nous devons en même temps exiger que le prix que nous payons pour le traitement des déchets corresponde à la solution la plus économique pour la société». Pour ce faire, l'Etat danois s'engage à faciliter les entreprises de traitement de déchets les plus performantes. Il annonce également améliorer la transparence des taxes perçues par les collectivités locales, qui ont, comme en France, la responsabilité de la collecte des déchets.


A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus