Danemark: adieu, «fat tax»

Le 21 novembre 2012 par Romain Loury
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Les Danois n'auront plus à franchir la frontière pour s'acheter du gras.
Les Danois n'auront plus à franchir la frontière pour s'acheter du gras.

Après plus d’une année d’existence, le Danemark va abandonner sa taxe sur les acides gras saturés, tout en renonçant à son projet de taxe sur les produits sucrés, a annoncé le gouvernement le 10 novembre.

Pionnier dans la lutte législative contre ces aliments mauvais pour la santé, le pays était devenu, en octobre 2011, le premier au monde à instaurer une taxe sur les acides gras de type saturé. Dans son viseur, tous les aliments contenant au moins 2,3% de ces lipides, mauvais d’un point de vue cardiovasculaire et favorisant l’obésité.

Un peu plus d’un an après sa mise en place, le gouvernement a annoncé qu’il l’abandonnait. Sans trop de surprise: la taxe était en sursis depuis quelques mois, après la révélation d’une explosion des achats transfrontaliers, en Allemagne (voir le JDLE). Se posait aussi un risque pour l’emploi des salariés du secteur agroalimentaire, plusieurs entreprises ayant préféré «absorber» la taxe pour maintenir leurs prix.

Victime collatérale, la taxe sur les produits sucrés que projetait de lancer le gouvernement passe aussi à la trappe. Ce qui n’est pas pour déplaire aux industriels, dont le syndicat européen, FoodDrinkEurope, a «salué» dans un communiqué l’annonce danoise.

Entre autres griefs, FoodDrinkEurope accuse ce type de taxe d’«avoir un effet négatif sur la compétitivité du plus grand secteur industriel européen» et d’«être inefficace pour changer les comportements des consommateurs, sur des sujets aussi complexes que le régime alimentaire et les modes de vie conduisant à l’obésité».



Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus