CSPRP: hausse des maladies professionnelles en 2003

Le 22 juin 2005 par Christine Sévillano
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

Le Conseil supérieur de la prévention des risques professionnels a dressé cette semaine le bilan des accidents et des maladies professionnelles pour l'année 2003, mais aussi des inspections du travail.

L'assemblée plénière du Conseil supérieur de la prévention des risques professionnels (CSPRP) a étudié au début de la semaine le bilan annuel des conditions de travail. Pour l'année 2003, les accidents du travail sont en baisse, tout comme les accidents mortels. Dans le secteur privé, 770.662 accidents du travail ont été enregistrés en 2003 par la Caisse nationale d'assurance maladie (Cnam), soit une réduction de 5% par rapport à l'année précédente. Tous les secteurs sont concernés, et plus particulièrement la chimie et la métallurgie qui enregistrent respectivement des baisses de 10 et 8,5%. Toutefois, les résultats montrent une hausse des maladies graves notamment dans le travail temporaire et les transports avec une progression de 7%. Plus généralement, l'ensemble des maladies professionnelles reconnues par la Cnam progressent de 16%, témoignant du développement des troubles musculo-squelettiques (TMS) qui représentent les trois quarts des maladies indemnisées.

Dans le secteur public, les arrêts de travail ont augmenté de 5% en 2002. Les accidents dépendent de l'exposition aux risques puisque le taux le plus élevé se situe dans la fonction publique hospitalière avec 6% des personnels victimes d'accidents du travail, mais aussi dans la fonction publique territoriale avec 8,6%, un phénomène lié à la manipulation de produits toxiques. Le taux de maladies professionnelles est inférieur à 5% dans le public. Les TMS ont connu la plus forte hausse des maladies indemnisées avec 19% public et privé confondus, mais elles ne représentent pas le premier poste en indemnités. Le coût des maladies professionnelles s'est accru de 37,6% en 2002 avec 1,1 milliard d'euros contre 815 millions l'année précédente. Les pathologies liées à l'amiante coûtent le plus cher avec plus de 540 millions d'euros, viennent ensuite les affections périarticulaires avec près de 300 millions d'euros et les lombalgies avec 94 millions d'euros.

L'inspection du travail a pour sa part procédé en 2003 à 253.586 contrôles qui ont concerné 6 millions de salariés et des PME à 95%. Plus de 165.000 observations ont été réalisées pour un motif de santé et sécurité au travail notamment sur la conformité des locaux, les dispositifs de prévention des risques incendie et chimiques, et les conditions de travail sur les chantiers. Les procès-verbaux ont d'ailleurs progressé de 39%. Les risques chimiques ont fait l'objet de 12% des observations et de 4% des PV. L'inspection du travail a procédé à 6.000 mises en demeure (avant le PV) et à l'arrêt des travaux de 2.878 chantiers, soit une hausse de 7% par rapport à 2002.






A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus