Création du Parc naturel de la Mer de Corail en Nouvelle-Calédonie

Le 24 avril 2014 par Stéphanie Senet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Le récif de Chesterfield est un haut lieu de ponte
Le récif de Chesterfield est un haut lieu de ponte

La plus vaste aire marine protégée par la France a été créée dans la mer de Corail (Pacifique Sud), le 23 avril, par un arrêté du gouvernement de Nouvelle-Calédonie. Si son contour a été défini, le plus important reste à faire.

Selon l’arrêté, le nouveau parc marin s’étend sur toute la superficie de la zone économique exclusive (ZEE) de la Nouvelle-Calédonie et couvre 1,2 million de kilomètres carrés: plus de deux fois la superficie de la France métropolitaine. Une délimitation conforme à l’annonce faite en juillet 2012 par le président du gouvernement Harold Martin.

Signé le 23 avril, ce texte précise qu’un comité de gestion devra, dans les trois ans, réaliser le plan de gestion du parc. Au programme: délimitation de ses zones et de leurs niveaux de protection et dotation de moyens.

«Pour l’heure, c’est une coquille vide», commente Jean-Paul Michel, directeur de Global Ocean Legacy, chargé des eaux françaises pour l’ONG américaine Pew Charitable Trusts. S’il a participé aux travaux préalables à cette création, l‘associatif estime que l’arrêté a été pris rapidement. «Il faut encore finaliser l’inventaire de la biodiversité, et réaliser toutes les études nécessaires à la mise en place d’un plan réglementant les différentes activités», explique-t-il.

L’ONG, qui siègera au comité de gestion (dont les membres seront officiellement nommés dans les prochains mois) recommande d’ores et déjà d’interdire dans la zone Chesterfield, la plus riche du point de vue de la biodiversité, qui s’étend sur 200.000 km2, toute pêche ou activité d’extraction.

Cette zone représente un corridor important pour les baleines à bosse, les requins et les tortues et un haut lieu de ponte pour les oiseaux nicheurs.

 

16% des eaux françaises protégées

 

Au total, les eaux de Nouvelle-Calédonie abritent plus de 9.300 espèces, dont 473 espèces de coraux, 25 espèces de mammifères marins, 48 espèces de requins, 19 espèces d’oiseaux nicheurs et 5 espèces de tortues.

Cette zone totalise à elle seule 12% des espaces océaniques français, alors que l’objectif du Grenelle de la mer vise à en protéger 20% d’ici 2020 (16% aujourd'hui), dont la moitié seront interdits aux activités industrielles et commerciales.

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus