Création de la branche française d’Extinction Rebellion

Le 25 mars 2019
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
Extinction Rebellion en rôdage devant le ministère de la Transition.
Extinction Rebellion en rôdage devant le ministère de la Transition.
VLDT

 

Pacifistes, les militants de cette ONG prônent une certaine forme d’action directe.

Les manifestations en faveur d’un renforcement de la lutte contre le changement climatique devraient s’animer un peu plus. Ce dimanche, environ 500 personnes ont célébré, à Paris, la naissance de la branche française du mouvement Extinction Rebellion.

Né au Royaume-Uni, il y a quelques mois, ce mouvement d’activistes non-violents prône une certaine forme d’action directe pour dénoncer l’inaction climatique des Etats, des entreprises, voire de certaines ONG. Il y a quelques semaines, ses militants ont envahi les bureaux londoniens de Greenpeace.

2.000 militants

Défilant sous des bannières vertes frappées d’un X cerclé, les activistes d’Extinction Rebellion se sont fait connaître en bloquant des ponts routiers à Londres. Certains de ses membres se sont aussi collés les mains sur les portes d’accès du ministère britannique chargé de l’énergie.

Revendiquant des soutiens dans une quarantaine de pays, le mouvement annonce préparer une journée internationale d’action, quatre jours avant celle annoncée par d’autres ONG, comme les Amis de la terre ou Greenpeace.

«Aujourd'hui nous officialisons notre existence en France», a expliqué dimanche à l'AFP Henri Parmentier, au nom d'Extinction Rebellion qui revendique 2.000 membres dans l'Hexagone. «Manifester, pétitionner, changer ses comportements individuels... on l'a fait, et on voit que ça ne change rien. L'étape suivante c'est agir, s'interposer, déranger, de façon non violente».



Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus