N’épandez pas les boues n’importe comment

Le 03 avril 2020 par Stéphanie Senet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
Un épandage sous conditions et sous contrôle
Un épandage sous conditions et sous contrôle
©Emmanuel Doelsch, CIRAD

Dans un avis publié ce 3 avril, l’Anses recommande d’hygiéniser les boues d’épuration destinées à l’épandage.

 

Saisie en urgence par le ministère de l’agriculture, l’Anses estime que le risque de contamination par le SARS-CoV-2 est faible à négligeable pour les boues d’épuration ayant suivi un traitement hygiénisant conforme à la réglementation (arrêté du 8 janvier 1998). Un sujet majeur alors que 70% des boues traitées sont utilisées en agriculture et que la saison des épandages va débuter.

Le virus SARS-CoV-2 a été retrouvé dans les selles de certains patients et plusieurs coronavirus similaires ont déjà montré qu’ils pouvaient rester infectieux pendant plusieurs jours dans les eaux usées.

Traitement, mode d'emploi

L’agence estime que l’ensemble des traitements des boues par compostage, séchage thermique, digestion anaérobie thermophile et chaulage remplissent les conditions d’hygiène requises pour un épandage. Elle vise les boues produites pendant la pandémie. Les boues antérieures peuvent être épandues sans hygiénisation préalable.

Elle recommande toutefois de procéder à des contrôles réguliers pour vérifier leur bonne mise en œuvre et rappelle les mesures de protection générales pour les personnels (stations d’épuration et épandages): équipements de protection collective et individuelle appropriés, lavages des mains, douche en fin d’activité.