Covid-19: pas de suspension des épandages en Gironde

Le 06 avril 2020 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
Pas de lien entre pesticides et Covid-19.
Pas de lien entre pesticides et Covid-19.
DR

Pas de lien entre épandage de pesticides et propagation du virus, estiment les pouvoirs publics.

Faut-il empêcher les traitements phyto-pharmaceutiques en période de pandémie? Certaines ONG le pensent. Deux associations anti-pesticides ont ainsi demandé, en fin de semaine dernière, à la préfecture de Gironde de suspendre les épandages de pesticides de synthèse, notamment dans le vignoble, pendant l'épidémie de coronavirus «en vertu du principe de précaution».

«Vu la gravité de la situation sanitaire actuelle et en vertu du principe de précaution, nous vous demandons que les pulvérisations de pesticides de synthèse soient suspendues car considérées comme non essentielles et aggravant la détresse respiratoire des personnes malades du Covid-19», écrivent les deux associations dans un communiqué.

particules fines et NOx

A l’appui de leur demande, le Collectif Info Médoc Pesticides et l’assocation Alerte aux Toxiques! Invoquent, dans le désordre, les effets du confinement sur les concentrations d’oxydes d’azote et de particules fines mis en évidence par Atmo Nouvelle Aquitaine, la corrélation entre concentration en particules fines dans l’air et propagation du coronavirus établi par une étude italienne.

Interrogée sur le sujet des épandages vendredi 3 avril lors d'une audioconférence, la préfète de Gironde, Fabienne Buccio, a expliqué qu'il n'y avait a priori pas de raison de les suspendre à ce stade, tant qu'ils étaient faits dans le cadre réglementaire.

«Il y a un amalgame qui est fait entre pesticides et propagation du Covid-19 (...), rien ne permet de dire que c'est le cas », a-t-elle insisté lundi 6 avril. «Le Covid-19 se transmet par l'humain, pas par l'air. Il faut savoir raison garder», a expliqué la préfète. «Il y a déjà suffisamment de craintes dans la population, essayons pas de ne pas surenchérir et de rendre la situation encore plus anxiogène».

La Gironde est le principal département viticole français en superficie avec environ 120.000 hectares de vignoble, soit environ 15% du vignoble du pays.