Couvre-feu nocturne à Roissy : projet d’amendement au Grenelle I

Le 23 septembre 2008 par Sabine Casalonga
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

L'arrêt des vols de nuit sur les aéroports de Roissy Charles de Gaulle et du Bourget a été voté symboliquement par 94 municipalités, lors d'un conseil municipal «géant», organisé samedi 20 septembre à Paris. L'initiative a été soutenue par l'Association de défense contre les nuisances aériennes (Advocnar) et par des élus, dont le député du Val d'Oise Claude Bodin.

«Pour la première fois, des élus passent outre leur clivage politique pour se mobiliser sur un sujet de santé publique et demander à l'Etat de mettre un terme aux souffrances causées par les nuisances aériennes», se réjouit Alain Peri, vice-président de l'Advocnar. Une audience au président de la République a été demandée par le groupement d'élus et d'associations.

L'objectif est de donner un signal fort aux pouvoirs publics à la veille de la présentation du projet de loi Grenelle 1 au Parlement, indique l'Advocnar dans son dossier de presse. « Plusieurs députés travaillent sur un amendement du projet de loi visant à instaurer un tel couvre-feu», indique Alain Péri.

La mesure annoncée en décembre 2007 par les secrétaires d'Etat à l'écologie Nathalie Kosciusko-Morizet et aux transports Dominique Bussereau, sur le relèvement de l'altitude de 300 mètres des avions lors de leur phase d'atterrissage «n'offrirait aucun bénéfice aux populations situées dans la zone la plus exposée au bruit», souligne Alain Péri. En revanche, il préconise l'accélération de la mise en oeuvre des procédures d'atterrissage en descente continue (sans pallier), prévue pour 2020.

Roissy est l'aéroport d'Europe qui recense le plus de trafic entre 22 h et 6 h, avec en moyenne 168 vols par nuit en 2007. «Le bruit des avions engendre des problèmes de santé publique comme les pathologies liées aux troubles du sommeil, la surconsommation de médicaments et certaines maladies cardio-vasculaires», rappelle l'Advocnar.

Le couvre-feu nocturne instauré depuis 1968 à l'aéroport d'Orly, ainsi que l'exemple d'Heathrow, le premier aéroport européen, qui ne compte que 16 vols de nuit sont mis en avant par l'Advocnar.




A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus