Coût de la collecte sélective

Le 28 avril 2005 par Ludivine Hamy
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
logo Eco-Emballages
logo Eco-Emballages

6 euros pas habitant et par an: tel est le coût moyen de la collecte sélective en France grâce au soutien d’Eco-emballages aux collectivités locales.

Depuis 1990, le coût d'élimination des ordures ménagères (collecte et traitement) a augmenté de 140%, passant de 2,3 milliards d'euros à 5,6 milliards d'euros. Une hausse essentiellement due à l'évolution de nos modes de vie vers le «non durable». «L'augmentation du nombre de ménages d'une seule personne et la multiplication des emballages unitaires ont sérieusement contribué aux 30% d'augmentation du tonnage de déchets produits depuis 13 ans», explique Bernard Hérodin, président d'Eco-emballages. Mais là n'est pas la seule explication: les investissements nécessaires pour la mise aux normes environnementales des infrastructures de traitement (suppression des décharges sauvages, mise aux normes anti-pollution des incinérateurs…) ont également pesé sur l'inflation des coûts.

Concernant la collecte sélective, les coûts ont été multipliés par 2,4 depuis 1990, pour s'établir à 650 millions d'euros en 2003 (1). En comparaison, l'incinération et la mise en décharge coûtent respectivement 2,3 milliards et 1,8 milliards d'euros. Des chiffres qui permettent à Bernard Hérodin d'affirmer que «la collecte sélective est aujourd'hui la solution la plus pertinente d'un point de vue économique.»

Soucieux de répondre aux inquiétudes des citoyens qui constatent une flambée de leur facture déchets, Bernard Hérodin souligne que si les coûts d'élimination des déchets ont effectivement augmenté ces dernières années, l'évolution récente du financement des collectivités locales a également participé à donner une meilleure visibilité de ces coûts aux contribuables. Ainsi, auparavant, le budget général (totalement opaque pour le citoyen) supportait 50% des coûts d'élimination des déchets. Aujourd'hui, il n'en couvre plus que 20%, le reste ayant été transféré vers la Taxe ou la Redevance d'enlèvement des ordures ménagères. La hausse des coûts a donc été financée par la hausse de la fiscalité locale, acquérant, par la même, une plus grande visibilité aux yeux des contribuables.

Actuellement, les déchets pris en charge par Eco-emballages représentent 15% du poids des ordures ménagères, soit 5 millions de tonnes sur les 34 (hors déchets verts) produites chaque année par les Français. «Nous savons, qu'à terme, il nous faudra nous occuper aussi des déchets d'emballages assimilés produits par les restaurants et les commerçants. C'est inéluctable, mais il nous manque les outils juridiques nécessaires pour élargir notre périmètre d'intervention», explique Bernard Hérodin.

A l'avenir, Eco-emballages, dont l'agrément a été modifié fin 2004, souhaite couvrir 100% des coûts moyens des collectivités les plus performantes en terme de collecte et de tri. Pour améliorer les résultats des communes retardataires, dont le coût d'élimination par habitant s'avère bien supérieur à la moyenne de 6 euros par an, l'organisme s'engage à poursuivre ses actions de communication et de sensibilisation. Car, comme en témoignent des villes comme Strasbourg ou Chambéry, qui présentent les coûts de collecte les plus bas de France, seule l'efficacité du tri permet de faire baisser la facture. Autres pistes de progrès: l'optimisation des dispositifs de collecte et la maîtrise des coûts, via, notamment, la rationalisation des circuits de collecte et des 350 centres de tri du pays.

(1) Il s'agit là du coût brut de la collecte sélective, auquel il faut enlever 300 millions d'euros de contribution d'Eco-emballages, 50 millions pour la reprise des matériaux, soit un coût net pour les collectivités locales de 300 millions d'euros.




A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus