Coupes illégales dans les forêts vierges de Roumanie

Le 28 octobre 2011 par Stéphanie Senet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

Alors que des coupes illégales d’arbres viennent d'avoir lieu dans le parc Retezat, l’un des parcs nationaux les plus célèbres de Roumanie, le WWF demande au gouvernement des mesures urgentes de protection des forêts vierges des Carpates, les plus importantes d’Europe après celles de Russie.

Le ministre de l’environnement roumain, Laszlo Borbely, l’a reconnu hier 27 octobre: 4 parcelles de forêt ont été exploitées illégalement dans le parc Retezat. Selon lui, les abattages ont été arrêtés.

 
Ce parc national abrite une partie des forêts vierges des Balkans, qui s’étendent sur 250.000 hectares, la plus grande superficie de forêt non exploitée en Europe après la Russie. Le Retezat abrite une flore et une faune très riches, notamment des ours, des lynx et des loups.
 
Le 26 octobre, l’ONG roumaine Agent Green avait donné l’alerte, en dénonçant l’abattage de 5.000 mètres cubes de bois dans le parc Retezat, sous le prétexte d’une attaque d’insectes. Le ministère de l’environnement, qui a autorisé la coupe de certains épicéas, a répondu qu’une commission d’experts se rendrait sur place, la semaine prochaine, pour déterminer si les coupes sont nécessaires ou pas. Selon Agent Green, une partie du bois est livrée à une fabrique de Sebes, dans le centre du pays; une société qui appartient à la compagnie autrichienne Schweighofer. En août dernier, Laszlo Borely avait pourtant déclaré vouloir renforcer la lutte contre la déforestation.
 
L’ONG roumaine ajoute que des abattages sauvages ont également lieu dans le parc national de Domogled. C’est pourquoi elle réclame l’interdiction totale et ferme d’abattage dans les forêts vierges.
 
Le WWF a également lancé une action. Il a interpellé, mercredi 26 octobre, les autorités roumaines dans une lettre adressée au ministre de l’environnement, pour demander «des mesures de protection des forêts vierges des Carpates, de plus en plus vulnérables en raison des pressions économiques et sociales exercées sur ce pays, et en particulier de la demande croissante de bois».
 
L’association rappelle que la déforestation produit des déplacements de terrain et des inondations, et menace la survie des ours.
Les chiffres annuels s’avèrent préoccupants. Bucarest confisque chaque année environ 170.000 mètres cubes de bois coupé illégalement, mais les procès-verbaux rédigés par les gardes forestiers (environ 25.000 en trois ans) n’ont abouti qu’à deux condamnations.
 
Voir le site de l’ONG Agent Green
Voir le site du WWF Roumanie


A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus