Coup dur pour le recyclage du papier à la Chapelle Darblay

Le 29 mai 2020 par Stéphanie Senet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
Fermeture attendue à la mi-juillet
Fermeture attendue à la mi-juillet

Menacée depuis des mois, la papeterie de la Chapelle Darblay du groupe finlandais UPM devrait fermer ses portes à la mi-juillet, faute de repreneur. Une mauvaise nouvelle pour le recyclage du papier en France.

Le fabricant de papier, qui avait mis au point sa propre technologie de recyclage, avalait encore près de 400.000 tonnes de vieux papiers –des journaux et des imprimés- l’an dernier. C’est dire si l’usine de la Chapelle Darblay, à Grand-Couronne, en Seine-Maritime, était un site incontournable de la filière française.

Recyclage en berne

Une filière qui déborde de déchets de papier-carton à hauteur d’1,6 million de tonnes par an et qui a bien du mal à les recycler. Si les collectivités ont pu liquider leurs stocks pendant le confinement, le pire est à craindre pour l’avenir selon la Fédération des entreprises du recyclage (Federec). Il va falloir trouver d’autres installations en Europe, qui privilégieront le recyclage des déchets produits sur leur territoire.

Recherche repreneur

Le groupe avait annoncé la mise en vente du site français le 10 septembre dernier alors que la demande en papier graphique ne cesse de décliner depuis 10 ans. Un moment pressenti, le cartonnier belge VPK a finalement jeté l’éponge le 20 avril, en pleine crise liée à la Covid-19. A moins d’une reprise surprise, la fermeture de la Chapelle Darblay entraînera le licenciement de 230 personnes.