Coup de froid pour les poissons boliviens

Le 30 août 2010 par Thérèse Rosset
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

Six millions de poissons et des milliers d’alligators, tortues et dauphins ont été tués par le froid hivernal dans les départements de Santa Cruz (est de la Bolivie), de Beni (au nord) et de Tarija (au sud).

Une hécatombe provoquée par les basses températures observées mi-juillet. « Cet hiver a été le plus froid depuis 47 ans », explique Manlio Roca Zamora, secrétaire au ministère du développement durable et de l’environnement de l’Etat de Santa Cruz, lors d’une interview. Les températures aquatiques ont chuté de 6 degrés, et l’eau a gelé à certains endroits. C’est 10°C de moins que la température la plus basse observée habituellement à pareille époque. 

Tous les 10 mètres, 100 poissons morts en moyenne, et cela sur 300 kilomètres, selon les informations du ministère de l’environnement. La commune de Yapacani (l’une des zones les plus touchées) a dénombré 5 tonnes de poissons morts durant les dernières semaines.

Pour les populations locales, l’anomalie climatique a bon dos. D’aucuns attribuent ces décès massifs à une pollution générée par les fabriques clandestines de cocaïne. Une explication que réfute le ministère. Notamment parce que les poissons de 4 rivières séparées ont été touchées : la grande Rivière, la Piraí, la Yapacaní et l’Ichilo. « Il aurait été presque impossible que des déchets chimiques ou une pollution de l’eau causent un phénomène de cette ampleur », argumente Manlio Roca Zamora.

Des échantillons ont cependant été prélevés sur toutes les plages où des cadavres de poissons ont été retrouvés, afin de ne négliger aucune piste.

L’odeur dégagée par les millions de poissons qui jonchent les rives se fait sentir jusqu’à un kilomètre à l’intérieur des terres. Les autorités ont interdit la pêche ainsi que la consommation de poisson dans les régions sinistrées. Des puits ont été creusés pour que la population puisse accéder à l’eau potable. Le poisson n’est heureusement pas la première source d’alimentation bolivienne, qui dépend largement de l’agriculture et de l’élevage.

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus