Coup de bambou sur le solaire espagnol

Le 24 juillet 2008 par Enerpresse
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

Cette fois, après des mois de consultation, le ministère espagnol chargé de l'industrie a remis au régulateur, la CNE, ses propositions en matière de régime spécial (notamment sur le solaire photovoltaïque et la cogénération) équivalent outre-Pyrénées de notre obligation d'achat. Et, pour la filière ibérique, alors que les projets fleurissaient, c'est la douche froide. Le gouvernement a, en effet, décidé de réduire de 35% les primes accordées à l'implantation de parcs photovoltaïques. En outre, le ministère prévoit un vaste plan «rénovation» pour les cogénérations, rapporte la presse espagnole. Le recul des aides accordées pour le photovoltaïque devrait freiner la spéculation en la matière et permettra au budget de l'Etat de réduire sa facture de 415 millions d'euros par an, précise le document.

Selon EuropaPress, en 2008, quelque 800 millions d'euros de primes pour le photovoltaïque devraient être accordées et en 2009, ce montant passera à 915 millions d'euros, alors que dans un scénario de continuité des aides actuelles, 1,33 milliard aurait été atteint.

Le gouvernement accordera, en outre, des participations distinctes en fonction de l'implantation, privilégiant les installations intégrées dans les toits plutôt que les grands parcs solaires au sol. Au final, le mégawattheure implanté sur un toit passera de 45 euros à 33 euros et, au sol, de 45 euros à 29 euros. Les installations solaires devront également avoir de solides bases financières, puisqu'un dépôt de garantie de 50.000 euros par mégawatt (MW) installé auprès de la Caja General de Depósitos, sera réclamé aux promoteurs, lesquels se verront limités à 2 MW (pour une implantation sur un toit). Au sol, les parcs ne pourront pas dépasser 10 MW. Enfin, last but not least, un plafond global de 300 MW par an est instauré, avec une révision par trimestre, dès 2009, pour chacun des 75 MW concernés. La réaction de la profession, via l'Asociación de la industria fotovoltaica (ASIF), a été sans appel: au mieux, cela va bloquer, d'ici la fin de l'année, de nombreux projets et faire chuter nombre de développeurs solaires espagnols.



Quant au «Plan renove de cogeneración», le ministère chargé de l'industrie précise que, d'ici le 31 décembre, il en définira les modalités. L'objectif est de prolonger la durée de vie des installations et d'améliorer leur rendement. Le décret qui sera présenté s'inscrira dans le plan d'action gouvernemental 2008-2012, lui-même inclus dans le plan stratégique d'économies et de maîtrise de l'énergie.




A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus