Cosmétiques pour bébé: une inquiétante chimie

Le 15 février 2016 par Romain Loury
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Une hygiène douteuse
Une hygiène douteuse

Publiée lundi 15 février, une étude de l’association WECF confirme la présence fréquente de substances chimiques préoccupantes dans de nombreux cosmétiques pour bébé. En première ligne, les lingettes, destinées au nettoyage des fesses, dont la peau est très perméable.

L’association WECF (Women in Europe for a Common Future) a étudié la composition de 341 produits pour bébés, tels que laits de toilette, lotions, shampoings, liniments, lingettes et eaux nettoyantes.

Résultat: 299 d’entre eux, dont le nom n’est pas cité, contiennent au moins un ingrédient ou classe d’ingrédient jugé à «risque élevé», parmi les trois identifiés comme tels par WECF, et dont l’association réclame l’interdiction pure et simple.

Parmi ces trois produits, la méthylisothiazolinone, conservateur présent dans 19 produits dont 7 lingettes. Or ce produit est un allergène de contact, dont plusieurs pays européens ont observé une récente et forte augmentation des allergies à son contact.

Le WECF évoque aussi le phénoxyéthanol, soupçonné d’effets reprotoxiques et présent dans 54 produits. Enfin, les parfums et fragrances, totalement inutiles mais présents dans 226 des 341 produits analysés, posent aussi un risque allergique.

Moratoire sur les perturbateurs endocriniens

Outre l’interdiction de l’ensemble de ces produits, le WECF appelle à un moratoire sur les perturbateurs endocriniens suspectés. Une évolution qui ne sera possible que lorsque la Commission européenne aura publié ses critères de définition des perturbateurs endocriniens, qui continuent à se faire attendre.

L’association demande aussi des restrictions d’usage pour les produits qu’elle juge «à risque modéré», dont l’EDTA présent dans les produits moussants (87 produits), certains sulfates (laureth et lauryl sulfate, 50 produits), les huiles minérales (30 produits) et les nanomatériaux (14 produits).

Outre une réglementation et un étiquetage plus stricts, WECF prodigue quelques conseils de précaution aux parents: ne pas utiliser ces produits «de façon systématique», éviter les produits non indispensables (eaux nettoyantes, eaux de toilette, etc.), ou encore privilégier les produits sans parfum et contenant peu d’ingrédients.

Et surtout, «éviter les lingettes jetables, sauf pour dépanner lors de déplacements». Ceux-ci sont en effet destinés au nettoyage des fesses, dont la peau est «particulièrement sensible», du fait de leur chaleur et de leur humidité qui favorisent l’absorption.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus