Coronavirus: plus dur sera le choc économique

Le 20 avril 2020 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
Plus dure sera la reprise.
Plus dure sera la reprise.
Honeywell Geismar HFC

Dans sa dernière estimation des conséquences économiques de l’épidémie de coronavirus, l’OFCE s’inquiète des effets pour les entreprises.

Deux fois 60 milliards font… 125 milliards. 125 milliards d’euros, c’est la dernière évaluation de produit intérieur brut (PIB) en moins pour l’économie et la société française, après 8 semaines de confinement. Une estimation en ligne avec les premiers calculs publiés le 30 mars par l’Observatoire français des conjonctures économiques (OFCE). «Une telle chute de l’activité, nonobstant la rapidité avec laquelle elle se produit, n’a jamais été observée, à part peut-être en temps de guerre», s’alarment les analystes de l’OFCE.

5,3 millions de salariés en chômage partiel

Les ménages et les entreprises TPE sont touchés à hauteur de 11 milliards, 42 milliards manquent au revenu des entreprises. Finançant notamment le chômage partiel pour 5,3 millions de salariés, les administrations publiques supportent 72 milliards de pertes de revenus en deux mois.

Certes, se consolent les économistes, durant cette période de relégation, les ménages ont pu, en réduisant leurs dépenses, accumuler une épargne «forcée», estimée à  55 Md€. Si cet argent était immédiatement dépensé, la parte annuelle d’activité serait alors de 2% de PIB, contre 5% dans le cas contraire. Cela n’a rien d’évident.

risque de spirale récessive

Si les deux tiers du choc doivent être encaissés par les administrations publiques, plus de 30% devront l’être par les entreprises, notamment après le confinement. «Le risque est grand de voir s’enclencher alors une spirale récessive dont les mécanismes sont très habituels: faillites et réduction de l’emploi conduiront à une réduction du revenu des ménages qui alimentera la réduction de l’activité.»

Actuellement, le choc de confinement affecte plus de 9 millions de salariés, dont 2,5 millions sont touchés par des fermetures obligatoires et 1,2 million sont en garde d’enfant, suite à la fermeture des écoles.