Coronavirus : En région fini le train-train quotidien

Le 19 mars 2020 par Victor Miget
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
En leur qualité d’autorités organisatrices de la mobilité (AOM), les régions ont pris leur disposition face au coronavirus.
En leur qualité d’autorités organisatrices de la mobilité (AOM), les régions ont pris leur disposition face au coronavirus.

En pleine épidémie de Covid-19, les régions réduisent drastiquement l’offre de transport. Un seul mot d’ordre: le strict nécessaire.

 

En leur qualité d’autorités organisatrices de la mobilité (AOM), chaque région pilote les politiques en matière de transport par trains express régionaux (TER), transports interurbains et scolaires entre autres.

En pleine épidémie de Covid-19 et conformément aux consignes de limitation des déplacements annoncées, lundi 16 mars, par le président de la République, Emmanuel Macron, les régions s’adaptent. Elles imposent de nombreuses restrictions dans les transports publics. Première mesure commune à toutes les régions, plus de transport scolaire jusqu’à nouvel ordre.

Ile-de-France

En Ile-de-France, le trafic des RER sera assuré à 50% en moyenne. Idem pour les métros de la RATP. En moyenne 7 bus sur 10 circuleront dans Paris et en petite couronne. Les fréquences seront plus réduites sur les lignes de Transilien (trains régionaux), ainsi que sur les RER C, D et E.

Néanmoins, le trafic sera renforcé dans certains cas : «On ne peut pas arrêter les transports au risque de pénaliser le service hospitalier, les forces de l'ordre et les salariés des usines critiques qui doivent continuer à aller travailler, comme l'agroalimentaire, la défense, le secteur de l'énergie et les associations», a commenté la présidente de région, Valérie Pécresse au micro de RTL.

Des campagnes de désinfection du matériel sont également mises en œuvre dans les transports à 10 heures et 16 heures, a-t-elle rappelé. A aussi été annoncée la dématérialisation des tickets de métro et de bus, afin d’éviter tout contact avec les agents. Les usagers doivent envoyer un SMS au 93100 pour les bus en moyenne et grande couronne et au 93800 pour les bus RATP à Paris et en Petite couronne.

Hauts-de-France

La SNCF a décidé de réduire ses liaisons TER avec un train sur dix, dans les Hauts-de-France. Les lignes régulières interurbaines sont maintenues. Mais leur niveau de service est celui des périodes de vacances scolaires, précise la région.

Grand Est 

«Les transports interurbains de voyageurs (lignes régulières et TAD) sont maintenus sur la base d’un service public minimum pour les seuls besoins des clients commerciaux», peut-on lire sur le site de la région. La vente à bord de billets de bus est suspendue afin d’éviter la manipulation de monnaie. La montée dans les autocars doit se faire par les portes centrales. Les usagers sont priés de se tenir à deux rangées de siège du chauffeur.

Normandie 

La Région Normandie adapte son plan de transport ferroviaire et routier. Elle maintient un minimum de dessertes en train et en bus, afin d’assurer les missions de service public, telles que celles des soignants. Ainsi, les dessertes sont drastiquement réduites. Compter deux trajets quotidiens Paris-Caen, un aller-retour Fécamp/Le Havre, par exemple. De son côté, la SNCF s’est engagée à nettoyer quotidiennement les trains, indique la région. A bord des bus du service régional Nomad, la vente de titres de transport est suspendue.

Centre Val-de-Loire

En Centre Val-de-Loire, « Rémi » est sur la touche. Le service de réseau de transport interurbain de la région a modifié son offre depuis mercredi 18 mars. Pour les trains Rémi, l’information de circulation pour le lendemain est disponible tous les jours, à 17h, sur le site de la SNCF. Tous les guichets resteront fermés jusqu’à nouvel ordre. Pour les lignes régulières de bus, «l’accueil et la vente dans les agences commerciales Rémi et gares routières ne sont pas assurés jusqu’à nouvel ordre».

Bretagne

En Bretagne, sur terre comme sur mer, les transports restent à quais. Trains, cars, bateaux du réseau régional BreizhGo sont concernés. Les lignes régulières de bus circulent en « horaires petites vacances » en semaine. Compter un ou deux allers-retours par jour en moyenne. Et le week-end ? Rideau.

Les trains régionaux TER adaptent leur circulation au jour le jour. Les billets TER BreizhGo (moins de 20% des trains en circulation) seront remboursés. «Les horaires et conditions d’accès aux liaisons maritimes vers les îles bretonnes ont aussi été adaptées», précise la région sur son site. Il est conseillé de consulter son site afin de connaître les évolutions éventuelles.

Nouvelle-Aquitaine

La région Nouvelle-Aquitaine a, mardi 17 mars, réduit au minimum la circulation des bus régionaux. Les transports sont d’ores et déjà gratuits. Pour les cars, il est demandé de monter par l’arrière et de ne pas s’approcher des chauffeurs. La région a mis en ligne un site d’information dédié pour toute la durée de l’épidémie.

Occitanie

Dans le sud-ouest, le réseau régional des cars (liO) est gratuit durant la crise sanitaire. « Dans ce contexte inédit (…), la montée à bord d’usagers sans titre de transport est autorisée », a précisé Carole Delga, la présidente (PS) de la région Occitanie. La fréquence des trajets a été réduite, soit entre un et trois allers-retours par jour en moyenne. Un soutien financier sera apporté aux délégataires de service public de transport par autocar.

Auvergne Rhône Alpes

 «Si vous êtes dans l’obligation de vous déplacer, la Région vous appelle à choisir les paiements sans contact pour les transports», précisé la région. Un service en ligne informe des modifications concernant les transports publics, département par département. Pratique !  

Pays de la Loire

Dans la région, les lignes scolaires régionales sont donc suspendues depuis le 16 mars. Mais, «les familles seront informées par mail et sur le site aleop.paysdelaloire.fr de la date de la reprise du service», informe l’AOM.

Concernant les lignes régulières, en Mayenne et dans la Sarthe par exemple, le fonctionnement se fera sur la base des petites vacances scolaires. La région invite à consulter la rubrique info trafic des différents départements. La région relaie par ailleurs les mesures prises par la SNCF, en matière d’hygiène «Des mesures renforcées ont été mises en place pour nettoyer l’ensemble des surfaces de contacts clients dans les trains (boutons, poignets, rampes, tablettes, sièges)».

Paca

La région Sud a annoncé, jeudi 12 mars, son plan de transport. Les principales liaisons interrégionales vers Lyon, Montpellier ou Grenoble sont suspendues. L’offre TER ZOU! a été réduite progressivement à 1 TER sur 5. Néanmoins, 50% des TER circuleront en heures de pointe dans les grandes agglomérations. La fréquence des bus ZOU! est, elle aussi, réduite. Un dispositif spécial assure la continuité du service public sur les lignes de bus ZOU! La Région Sud, avec les exploitants, a mis en place des mesures préventives sur son réseau : affichage des consignes d’hygiène dans les gares, les TER et les bus depuis le 24 février. Nettoyage quotidien des rames TER… A l’intérieur des bus, les ventes de ticket sont suspendues.

Bourgogne Franche-Comté

Les transports de la région Bourgogne Franche-Comté passent en horaire de vacances à compter du 19 mars. Dans le service Mobigo, il est demandé aux voyageurs de prévoir l’appoint avant de monter à bord des bus. Pour toute question, un standard est ouvert (03 80 11 29 29), du lundi au samedi, de 7h à 20h.

Corse

L’île de beauté prend elle aussi ses dispositions. Le Conseil exécutif de Corse a préparé un plan avec l’Office des transports et Air Corsica. Objectif : assurer les déplacements indispensables.

Le plan garantit la couverture quotidienne des aéroports de l’île et la desserte de Paris, Nice et Marseille. «Concernant le maritime, nous avons (…) préparé, dans le cadre de la DSP maritime, des modalités d’organisation du fret assurant une desserte quotidienne de la Corse conforme à ses besoins» a déclaré  le président du Conseil, Gilles Simeoni.