Cordemais: l’espoir renaît

Le 14 janvier 2019
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
La centrale de Cordemais passera-t-elle au vert ?
La centrale de Cordemais passera-t-elle au vert ?
DR

La centrale au charbon nantaise pourrait être qualifiée pour produire l’essentiel de son courant à partir de biomasse.

 

La centrale au charbon de Cordemais n’a pas dit son dernier mot. Initialement, l’installation nantaise devait fermer en 2022. Ce n’est plus une certitude. D’une part, la centrale d’EDF reste un élément important pour sécuriser la stabilité du réseau. D’autre part, le gouvernement est ouvert à une poursuite de son exploitation, à condition de verdir la production de courant.

Recevant, vendredi 11 janvier, les syndicats, le ministre de la transition écologique a indiqué que la centrale pourra fonctionner au-delà de 2022 pour garantir l'approvisionnement en électricité de la Bretagne, si son projet de conversion à la biomasse réussit.

A Cordemais, EDF teste un dispositif de co-combustion à base de biomasse, avec pour objectif de parvenir à un ratio de 80% de biomasse et 20% de charbon à «l'hiver 2022/2023», avant d'atteindre le «100% biomasse à horizon 2025/2027», a indiqué à l'AFP Gwenael Plagne, délégué syndical CGT d'EDF. Un premier essai a donné satisfaction au mois d'août dernier.

Qualifiant le projet Ecocombust d' «intéressant», le gouvernement estime que l'utilisation de biomasse «pour un nombre d'heures limité [autour de 500 heures/an] aux besoins du réseau, pourrait le cas échéant s'accompagner d'une fraction de charbon, dans des proportions ne dépassant pas toutefois 20% des volumes totaux».



Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus