Copenhague révise fortement à la baisse le coût des renouvelables

Le 17 juillet 2018 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
Au Danemark, l'éolien terrestre est le mode de production d'électricité le moins cher.
Au Danemark, l'éolien terrestre est le mode de production d'électricité le moins cher.
VLDT

Au Danemark, l’éolien terrestre est la moins chère des sources de production d’électricité.

 

L’agence danoise de l’énergie n’a pas forcément la réputation d’abriter un nid de zadistes. Aussi, quand cet équivalent de l’Ademe[1] annonce réviser à la baisse les coûts de production des énergies renouvelables électriques, on s’intéresse au sujet.

En fin de semaine dernière, l’institution de Copenhague a mis en ligne ses dernières modélisations  de coût actualisé de l’énergie (LCOE) pour l’éolien (terrestre et marin) et le photovoltaïque en 2020. Ces calculs ont été réalisés grâce au calculateur LCOE, téléchargeable sur le site de l’agence. Ce tableur prend en compte la plupart des coûts d’investissement et d’exploitation des centrales éoliennes et solaires, à l’exception du raccordement au réseau électrique. Transparentes, ces données sont modifiables par l’utilisateur.

-40% pour l'éolien marin

Qu’en est-il des résultats présentés par l’agence danoise de l’énergie? Principalement que les coûts ont baissé plus rapidement qu’on ne l’avait cru. En additionnant les ‘nouveaux’ coûts de construction, d’installation et de maintenance de l’éolien marin avec un facteur de charge proche des 50%, le tableur estime que les parcs qui démarreront dans les années 2020 livreront un mégawattheure (MWh) dont le coût oscillera autour de 46 euros: 40% de moins que dans la dernière simulation[2].

30€/MWh pour l'éolien terrestre

A terre, c’est encore moins cher. Le coût d’investissement y est réduit de 20%, quand le temps de production est allongé de 5%. Résultat: le coût actualisé baisse de 25%, permettant aux futures centrales éoliennes terrestres d’injecter des électrons à 30 €/MWh. «Au Danemark, l’éolien terrestre reste la technologie la moins chère pour les futures capacités de production», commente l’agence.

Forte baisse des coûts pour le PV

Le photovoltaïque n’est pas très loin derrière. Avec un coût global qui chute de 40%, la solution solaire devrait livrer dans les prochaines années un courant aux alentours de 40 €/MWh. Seul handicap pour lequel les statisticiens ne peuvent rien: l’ensoleillement du royaume du Danemark. Aux dernières nouvelles, les panneaux solaires n’y produisent que 12% du temps[3]. C’est peu.

 



[1] Ademe: Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie

[2] Dans cet exemple, les coûts d’investissement ont chuté de 40%, tandis que les coûts d’exploitation ont baissé de 10%.

[3] Contre 15% en France, en moyenne.

 



Sites du groupe
Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus