Copenhague: les pays en développement boycottent les débats

Le 15 décembre 2009 par Sabine Casalonga
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email


Alors que la conférence de Copenhague entrait hier dans sa deuxième semaine, la Chine, l'Inde, les pays africains et d'autres pays en développement ont boycotté lundi 14 décembre les négociations en exigeant des pays riches des objectifs de réduction des émissions de gaz à effet de serre plus élevés, avant de revenir en fin de journée, selon l’Associated press (AP).

Les pays en développement ont demandé à la présidente de la conférence, la Danoise Connie Hedegaard, de faire des objectifs de réduction des émissions de gaz à effet de serre des pays riches la question prioritaire des négociations. Ils redoutent que la conférence ne signe l'acte de décès du protocole de Kyoto, qui expirera en 2012, selon AP. «Ils tentent de faire pression» avant l'arrivée du président américain Barack Obama et des autres dirigeants de la planète mardi à Copenhague, a expliqué Gustavo Silva-Chavez, du Fonds de défense de l'environnement (Environmental defense fund, ONG américaine).

Par ailleurs, la Maison Blanche a annoncé lundi un plan visant à financer le développement des énergies «vertes» dans les pays pauvres à hauteur de 350 millions de dollars sur cinq ans, dont 85 millions de dollars versés par les Etats-Unis, le reste venant de l'Australie, de la Grande-Bretagne, de la Norvège et de la Suisse.

Dans un communiqué du 14 décembre, les eurodéputés d’Europe Ecologie José Bové et Yannick Jadot déclarent que «les pays doivent faire plus et mieux, y compris l’Union européenne, dont les positions –même les plus ambitieuses– ne pourraient éviter un réchauffement de plus de 3,5°C». Ils appellent l’UE à adopter un objectif de 30% de réduction des émissions ainsi qu’à clarifier son aide financière pour les pays en développement pour 2020.


A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus