Copenhague: les Etats-Unis veulent un accord à leur sauce

Le 17 septembre 2009 par Victor Roux-Goeken
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Les Etats-Unis et l’Union européenne seraient au bord de la rupture en matière de négociations climatiques, croit savoir le Guardian, qui cite des sources européennes anonymes. En cause: la forme que devra prendre l’accord international destiné à succéder au protocole de Kyoto, indique le quotidien britannique dans son édition du mercredi 16 septembre.

Si l’UE entend conserver une architecture similaire à celle du protocole de Kyoto, où les réductions de gaz à effet de serre (GES) sont soumises à un système international réglementant leur calcul, l’achat de crédits carbone et la contribution de secteurs tels que la forêt, les Etats-Unis sont partisans de l’adoption unilatérale par les Etats de leurs propres règles et des moyens pour atteindre leurs objectifs.

Selon le Guardian, ce désaccord place l’UE dans une situation difficile. Celle-ci est peu encline à critiquer ouvertement l’administration Obama, car elle lui est reconnaissante d’avoir pris à bras le corps -au moins en théorie- la lutte contre le changement climatique.

Or, parvenir à conclure un accord ambitieux lors de la conférence de Copenhague est considéré comme la dernière chance pour limiter à 2 degrés d’ici 2100 la hausse de la température planétaire moyenne.

L’hypothèse d’une «fracture climatique» entre UE et Etats-Unis ravive de vieux souvenirs. En 1997, le Sénat américain rejetait à l’unanimité, pour des raisons économiques, un protocole de Kyoto fraîchement signé. Les Etats-Unis devenaient alors le seul pays industrialisé à ne pas l’avoir ratifié tout en étant l’un des principaux émetteurs mondiaux.


A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus