COP23: Bonn doit dessiner le dialogue de facilitation

Le 12 septembre 2017 par Stéphanie Senet, envoyée spéciale
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Brigitte Collet, ambassadrice chargée des négociations sur le changement climatique.
Brigitte Collet, ambassadrice chargée des négociations sur le changement climatique.
DR

Brigitte Collet est l’ambassadrice chargée des négociations sur le changement climatique depuis mars dernier. A l’occasion du sommet Climate Chance d’Agadir, elle décrypte pour le Journal de l’environnement les principaux enjeux de la COP 23 qui se tiendra à Bonn du 7 au 16 novembre.

 

Comment les négociations climatiques ont-elles progressé depuis la COP 22?

Je sors d’une réunion informelle à Rabat qui a réuni les négociateurs d’une quarantaine de pays. Ce qui me frappe, c’est la détermination des Etats à travailler pour remplir le mandat que nous avons acté à la COP 22 de Marrakech, c’est-à-dire l’élaboration des décisions d’application de l’Accord de Paris lors de la COP 24 de 2018. Tout le monde est convaincu de l’urgence. Par ailleurs, la présidence fidjienne est déjà très impliquée et elle est consciente que si on veut tenir les délais, c’est sous sa présidence qu’il faudra avancer.

 

Comment évaluez-vous l’impact de la décision américaine de sortir de l’Accord de Paris?

Les Etats-Unis vont peut-être rester dans l’Accord de Paris, «si les conditions sont réunies», comme ils l’ont mentionné dans leur lettre au secrétariat exécutif de la CNUCC[1]. 147 Etats avaient déjà ratifié l’Accord de Paris avant l’annonce de Donald Trump. Il y en a eu 13 depuis. Aucun pays n’a été dissuadé de poursuivre son engagement. On a même assisté à une remobilisation sur le continent américain.

 

Quels sont les principaux enjeux de la COP 23?

L’Accord de Paris oblige à dresser un bilan mondial qui permette d’évaluer les efforts accomplis en matière d’atténuation, d’adaptation et de moyens mis en œuvre. C’est un exercice que l’on doit répéter tous les 5 ans à partir de 2023. Mais dès 2018, on va réaliser un pré-bilan, c’est ce qu’on appelle le dialogue de facilitation, qui doit être arrêté à la COP 23. En résumé, on évalue ce qui a été fait, on détermine ce qu’on veut faire et comment y arriver. Mais pour cela, l’idée est de faire discuter entre eux les dirigeants politiques sur les bonnes pratiques et de les pousser à s’engager en faveur de nouveaux objectifs. En 2018, il doit y avoir un grand appel à plus d’ambition. La préparation de ce dialogue, lancée en mai dernier, est assurée par les présidences des COP 22 et COP 23. La méthode doit être fixée à Bonn et il n’y pas de raison que ce ne soit pas le cas.

 

Où en est-on des règles d’application de l’Accord de Paris?

On doit avancer à Bonn pour qu’elles soient finalisées à la COP 24 en Pologne. Pour mémoire, l’Accord de Paris met en place le cycle de l’ambition: pour tenir l’objectif de 2 degrés, on sait que l’on doit renforcer notre action mais on ne sait ni de combien, ni comment. Tous les 5 ans, les engagements doivent être renforcés. La question est de savoir sur quel système international on s’appuie pour savoir ce que l’on fait, et pour s’assurer que notre trajectoire n’est pas trop éloignée de nos objectifs. Que doivent contenir les INDC[2]? Comment garantir que les données de chaque Etat seront comparables? Quelles informations transmettre? Peut-on demander les mêmes données aux pays en développement? Autant de questions auxquelles il faudra répondre aussi bien pour l’atténuation que pour l’adaptation. Avec la trajectoire actuelle, on se dirige vers un réchauffement de 3 à 4 degrés. Il faut donc que l’on resserre les émissions de façon crédible.



[1] Convention des Nations unies sur les changements climatiques

[2] INDC: contributions décidées au niveau national (Intended Nationally Determined Contributions)

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus