COP 21: les promesses japonaises se précisent

Le 24 avril 2015 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Le futur mix électrique nippon sera moins carbonique que l'actuel.
Le futur mix électrique nippon sera moins carbonique que l'actuel.
NOAA

Le Japon ne sait toujours pas de combien il abattra ses émissions de gaz à effet de serre (GES). Mais il sait comment procéder. Au terme d’une énième réunion ministérielle, la presse nippone dévoile, ce vendredi 24 avril, le mix électrique du futur, esquissé par le gouvernement.

Tokyo pourrait imposer à ses électriciens une petite vingtaine de pourcents (20-22%) d’électricité produite avec du nucléaire, une grosse vingtaine de pourcents (22-24%) avec des énergies renouvelables. L’idée étant que 44% du courant du Soleil levant soit décarboné, à l’horizon 2030. A la même échéance, 27% de la puissance installée sera au gaz, et 26% au charbon. Le solde (3%) sera assuré par des installations consommant du fioul lourd ou du gazole.

Avant la catastrophe de Fukushima, le bouquet électrique japonais était composé de 38,2% d’énergies décarbonées (nucléaire et renouvelables), de 29% de gaz, de 25% de charbon et de 7,5% de pétrole.

Selon la presse locale, le gouvernement Abe pourrait rendre ses promesses climatiques publiques à l’occasion du prochain sommet du G7, les 7 et 8 juin prochains, en Allemagne. Tokyo pourrait finalement décider de réduire d’un quart ses émissions de GES en 2030. Reste à déterminer la durée de l’effort.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus