COP 21: «Les difficultés apparaissent»

Le 28 mai 2015 par Stéphanie Senet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Entrée dans le vif du sujet à la session de Bonn, du 1er au 11 juin
Entrée dans le vif du sujet à la session de Bonn, du 1er au 11 juin

Quatre jours avant le démarrage d’une session de négociations climatiques, à Bonn, l’ambassadrice en charge des négociations pour la France a tenu une conférence de presse, ce 28 mai à Paris, pour faire un point sur l’avancée des discussions.

«La session de Bonn doit nous permettre d’avancer sur le texte de négociation et de lui donner une structure cohérente», avance la fondatrice de l’Institut du développement durable et des relations internationales (Iddri). En l’état actuel, le texte de négociation bouclé à Genève, le 13 février, est un vaste fourre-tout mélangeant les principes contraignants et les décisions qui devront être prises. Il va donc falloir préciser et couper ce texte encore très long.

 

Le cœur des négociations

«Si je perçois une volonté des Etats de terminer ces négociations en décembre, avec la conclusion d’un accord, les difficultés pour y parvenir apparaissent aussi, ce qui est normal puisque nous entrons dans le cœur des négociations. Jusqu’à présent, chacun présentait ses options», commente Laurence Tubiana. Il va aussi falloir faire vite puisqu’il ne reste plus que deux sessions de négociation avant le début de la COP 21, à Bonn du 31 août au 4 septembre, et du 19 au 23 octobre. A côté de ces rounds, il faut toutefois ajouter la tenue du G7, les 7 et 8 juin à Dresde, sous présidence allemande, ainsi que des réunions informelles organisées en petits comités par la présidence péruvienne depuis décembre 2014. Si ces rendez-vous peuvent donner lieu à des annonces étatiques, il ne faut pas attendre pour autant un engagement collectif chiffré.

 

Différenciation, adaptation, financements

«Sur le fond, les discussions devraient tourner autour de la différenciation, de l’inscription des engagements dans le long terme, des financements, de la nature juridique contraignante de l’accord, et de la place donnée à l’adaptation», énumère l’ambassadrice des négociations climatiques. Certains Etats font campagne pour un objectif émission net zéro d’ici la fin du siècle, d’autres pour une réduction globale des émissions, d’autres encore pour une neutralité carbone (on n’émet pas plus que l’atmosphère est capable d’absorber).

Enfin, la majeure partie des contributions étatiques se font toujours attendre. Pour l’instant, le site dédié des Nations unies répertorie les engagements de la Suisse, UE, Mexique, Norvège, Etats-Unis, Gabon, Russie, Liechtenstein, Andorre et Canada.

 

SOMMAIRE DU DOSSIER

Les climatologues confirment la médiocrité des engagements des Etats 

A Lyon, les collectivités lancent leur appel climatique  

En 2040, l'agriculture à bout de souffle 

Habemus Papam climaticum

Les oublis du G7 

Les politiques nagent en pleine inconscience

La Norvège n'investira plus dans les bandits climatiques 

Washington publie ses promesses climatiques 

GES et agriculture : agir sur l'offre et la demande 

La forte ambition des citoyens pour le climat 

COP 21 : les difficultés apparaissent  

REVENIR AU SOMMAIRE

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus