Convention de Rotterdam: deux pesticides sur la sellette

Le 28 mars 2007 par Claire Avignon
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

L'endosulfan et des composés du tributylétain (TBE) devraient être insérés dans la «liste de veille» de la procédure de consentement préalable en connaissance de cause (Pic) de la convention de Rotterdam. L'annonce a été faite par l'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) et le Programme des Nations unies pour l'environnement (Pnue) dans un communiqué du 27 mars, suite à la réunion d'un comité d'experts mondiaux. Selon eux, l'endosulfan, pesticide encore largement employé dans la culture du coton, «constitue un risque inacceptable pour la santé des travailleurs et pour l'environnement». Quant au TBE, utilisé dans les peintures anti-salissures pour les coques de navires, «ils pénètrent dans l'environnement marin, en particulier dans les ports fermés, où ils sont toxiques pour les poissons, mollusques et autres organismes.»

En France, l'endosulfan n'a plus d'autorisation de mise sur le marché depuis le 1er juin 2006, suite à une décision de la Commission européenne. Quant au TBE, une directive européenne (1), transposée par un décret français (2), interdit la mise sur le marché et l'utilisation de composants dérivés de l'étain dans les systèmes anti-salissures des navires, quelle que soit leur longueur.



(1) 2002/62/CE

(2) 2003-879 du 8 septembre 2003





A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus