Convention de Bonn: requins et raies mieux protégés

Le 24 février 2016 par Romain Loury
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Le grand requin-marteau
Le grand requin-marteau
DR

Après leur inscription à la Convention sur la conservation des espèces migratrices (CMS, ou Convention de Bonn), 22 espèces de requins, de raies et de poissons-scies viennent de voir leur protection encore renforcée, en faisant leur entrée au Mémorandum d’entente sur la conservation des requins migrateurs.

En novembre 2014, 21 nouvelles espèces avaient enfin été inscrites à la Convention de Bonn, certaines à l’annexe 1, qui oblige ses pays membres à «une protection stricte, telle que l’interdiction de tout prélèvement», d’autres à l’annexe 2, qui les engage à «coordonner des mesures de conservation transfrontalières dans toute l’aire de répartition de l’espèce».

Il s’agissait des cinq espèces de poissons-scies, des neuf espèces de raies Mobula et de la raie manta du prince Alfred (annexes I ou II), du grand requin-marteau, du requin-marteau halicorne, du requin soyeux et des trois espèces de requins renards (annexe II).

Rejointe par le diable de mer, ces 21 espèces viennent de se voir accorder une protection supplémentaire par la CMS, avec leur inscription au Mémorandum d’entente sur la conservation des requins migrateurs, qui s’est réuni vendredi 19 février à San osé (Costa Rica). Ce qui leur ouvre droit, en plus de la protection liée à la CMS, à un plan de conservation spécifique.

Protection des habitats et pêche durable

Parmi les grandes lignes de ce plan, la protection des habitats, des couloirs de migration et des périodes critiques du cycle de vie, une sensibilisation accrue du public et l’obligation pour les signataires du Mémorandum de s’assurer que leur pêche, ciblée ou non, soit durable.

Avec ces 22 nouvelles espèces, le Mémorandum en compte désormais 29. Inscrites dès sa mise en place en 2010, les sept précédentes sont le requin-baleine, le grand requin blanc, le requin-pèlerin, le requin-taupe commun, le requin-taupe bleu, le requin petite-taupe et l’aiguillat commun.

Le Mémorandum compte désormais 40 membres, après avoir été rejoint par le Portugal à San José. La France n’en fait partie qu’en tant que membre de l’Union européenne, à la différence de l’Allemagne, du Royaume-Uni et de l’Italie.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus