Contrôles radar pour les bateaux californiens?

Le 07 juin 2011 par Geneviève De Lacour
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Des associations californiennes de défense de l’environnement veulent sauver les baleines en réduisant la vitesse des bateaux au large des côtes californiennes. Selon un article publié dans le Los Angeles Times en date du 7 juin, au cours des 10 dernières années, près de 50 baleines ont subi une collision fatale avec un bateau. Et, selon les associations, le problème ne cesse d’augmenter atteignant «des niveaux insoutenables». Selon certains experts, le nombre de collisions mortelles serait sous-estimé puisque de nombreux accidents ne sont même pas déclarés.
 
Ainsi, 4 groupes écologistes ont transmis, lundi 6 juin, aux instances fédérales californiennes une pétition réclamant la mise en place d’une vitesse limite de 10 nœuds pour les plus gros bateaux de commerce qui traversent les 4 sanctuaires marins que compte la Californie: Monterey Bay, Channel Islands, le golfe de Farallones et Cordell Bank.
 
Certains de ces navires transitent des ports de Los Angeles, Long Beach et San Francisco Bay, traversent les trajectoires de migrations des cétacés menacés, leurs zones d’alimentation et cela à une vitesse équivalente à plus du double de cette limite.
«Comme nous ne pouvons pas modifier le comportement des baleines et des autres espèces pour éviter les collisions, nous pouvons et nous devons réguler les pratiques des navires pour minimiser le risque», précise la pétition.
 
Les associations de transport maritimes estiment, quant à elles, que cette limitation de vitesse va retarder l’arrivée au port des navires et doubler leur temps de traversée des sanctuaires maritimes.
 
Mais pour les écologistes, une réduction de vitesse devrait permettre aux baleines de mieux détecter les bateaux et de réduire ainsi les risques d’une rencontre fatale. «Une limitation de vitesse permettra également de réduire la pollution de l’air, les émissions de gaz à effet de serre, et la pollution sonore sous-marine qui peut aussi affecter les cétacés», estiment les écologistes californiens.
Sur la côte est, une limitation de vitesse saisonnière de 10 nœuds a déjà été mise en place pour protéger les baleines d’Atlantique Nord.
 
Les scientifiques de l’administration nationale américaine océanique et atmosphérique (Noaa, selon l’acronyme anglais) qui surveillent les sanctuaires marins et les espèces marines en danger ont déclaré être également inquiets de ces accrochages entre bateaux et baleines et étudient le problème. Ils souhaitent examiner la pétition.
 
Pourtant, les responsables de cette administration déclarent ne toujours pas savoir si ces collisions menacent réellement les populations de cétacés de la côte ouest des Etats-Unis et notamment les espèces en danger comme la baleine bleue. «Même si ce sont de gros animaux», déclare Chris Mobley, le responsable du sanctuaire maritime de Channel Islands, «l’océan est aussi très vaste».
 


A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus