Contribution de l'IRSN sur la sécurité nucléaire

Le 21 septembre 2005 par Christine Sévillano
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

L'IRSN vient de sortir un document qui va contribuer à établir un consensus sur le principe de la culture de sécurité dans le domaine nucléaire au sein de la convention internationale pour la protection physique des matières nucléaires.

L'Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN) vient de remettre sa contribution à l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA), sous la forme d'un document intitulé «Culture de la sécurité dans le domaine nucléaire», et publié sur son site dans le cadre de la convention internationale sur la protection physique des matières nucléaires de l'AIEA, notamment contre les actes de malveillance comme le vol ou les sabotages. Il constitue un document de référence dans la rédaction d'un document plus consensuel sur le sujet entre les parties de la convention. «Nous bénéficions d'une longue expérience dans le domaine de la sécurité en France, puisque les premières réglementations contre le sabotage datent de 1958 et celles sur le vol et le détournement remontent aux années 80», explique Jérôme Joly, directeur de l'expertise nucléaire de défense au sein de l'IRSN.

Pourtant, à sa connaissance, aucun acte de vol n'a été commis dans l'Hexagone. L'exploitant doit tenir une liste des articles qu'il détient et les inspecteurs contrôlent régulièrement qu'il possède les matières qu'il a déclarées. La qualité de l'ensemble des barrières est également fréquemment réévaluer, comme les détecteurs de mise en garde contre l'ouverture des coffres abritant les substances nucléaires. Le document met surtout en avant le rôle et les responsabilités de chacun des acteurs, ainsi que la différence entre sécurité et sûreté. La première pose davantage des problématiques de malveillance, puisque que les mécanismes de sécurité doivent éviter tous les types d'agressions volontaires, alors que la sûreté doit permettre la mise en oeuvre de moyens de protection contre des défaillances dues aux risques notamment naturels. Dans les 2 cas, on cherche à assurer la protection du citoyen sont complémentaires mais différents puisque, par exemple, les moyens mis en place pour la sécurité sont confidentiels.




A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus