Contre la canicule, laisser le chaume à terre

Le 25 juin 2014 par Romain Loury
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
-2°C lors des journées les plus chaudes
-2°C lors des journées les plus chaudes
DR

Nouvelle arme anti-canicule: ne pas labourer les champs après la moisson. C’est ce que révèle une étude franco-suisse publiée dans les Proceedings of the National Academy of Sciences (PNAS), selon laquelle le chaume, partie de la tige des blés qui demeurent dans le champ, reflète mieux la lumière que le sol nu.

Tout cela est une question d’albédo, à savoir la proportion d’énergie solaire réfléchie par rapport à celle qui arrive. Le chaume qui reste sur le sol après la moisson étant de couleur plus claire que la terre, l’albédo s’élève de moitié: il est de 20% avec le sol nu, de 30% en présence de chaume. De plus, le chaume freinerait l’évaporation, le sol se réchauffant donc moins vite.

Selon Edouard Davin, de l’Ecole polytechnique fédérale (ETH) de Zurich, et ses collègues du centre Inra d’Avignon, ces deux effets (meilleur albédo, moindre évaporation) se traduiraient par un rafraichissement non négligeable des températures lors des jours les plus chauds. Selon une simulation informatique, cela conduirait à une baisse d’environ 2°C dans le sud de l’Europe, de 1,6°C dans le nord, lors des journées les plus estivales.

Un effet forcément local

Plus la température s’élève, plus l’effet devient prononcé. C’est ainsi qu’aucune baisse significative n’est observée sur la température moyenne de l’été. Limité dans le temps, l’intérêt du non-labourage l’est aussi dans l’espace, avec un effet très local: «si tous les agricultures français s’arrêtaient de labourer leurs champs en été, l’impact sur les températures en Allemagne serait négligeable», explique l’une des co-auteures de l’étude, Sonia Seneviratne.

Selon les chercheurs, seuls 2% des champs mondiaux non labourés après la moisson se situent en Europe. A l’inverse, les Etats-Unis et l’Amérique du Sud laissent très souvent leurs champs couverts de chaume après la moisson: ils comportent 85% de ces champs au niveau mondial.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus