Consultation nationale sur les bruits de chantier

Le 22 juillet 2005 par Charlotte Monégier
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

L'Association des acousticiens de l'environnement (AAE) lance une consultation nationale sur les bruits de chantier. Objectif: cerner le problème des nuisances sonores, tant du côté des professionnels que du grand public.


L'AAE, une association de professionnels à vocation scientifique, lance une consultation nationale sur les bruits de chantiers et les nuisances qu'ils engendrent. L'objectif est de recenser les genres et les degrés de désagréments sonores, ainsi que les pratiques actuelles mises en place pour les résoudre. Pour mieux cerner le problème, un questionnaire a été envoyé par l'AAE à tous les acteurs du secteur bâtiment – travaux publics (BTP): maîtres d'ouvrage, maîtres d'oeuvre, bureaux d'études, bureaux de contrôle, entreprises et usagers concernés. Il porte sur l'organisation générale du chantier, les éventuelles mesures prises pour informer les riverains des nuisances sonores, ou encore la présence ou non d'une personne référente en matière d'environnement lors de l'opération.

Le questionnaire est à renvoyer au plus tard le 30 octobre 2005 à l'association, qui compte organiser un colloque sur «la problématique des bruits de chantier», au cours du 1er trimestre 2006. Chaque nocivité qui sera renseignée fera l'objet d'une fiche. L'ensemble de ces fiches permettra de constituer un recueil de données qui servira de base au dossier remis aux participants au colloque, ainsi qu'à tous ceux qui auront répondu au questionnaire. Celui-ci sera également diffusé auprès de la presse spécialisée, en particulier dans le prochain numéro de la revue Echo Bruit. «Il s'agit d'une toute nouvelle initiative, déclare Michel Rumeau, membre du bureau de l'AAE, des rapports scientifiques existent déjà sur la question, mais ils ne sont pas de la même ampleur».

C'est pourquoi ce domaine de recherche reste encore très peu connu. «Les seuls efforts entrepris jusqu'à maintenant concernaient les engins de chantier, reprend Michel Rumeau, qui sont les plus faciles à appréhender». Une commission technique animée par le ministère chargé de l'environnement avait déjà renseigné sur le lien entre bruit et vibration par voie solidienne, c'est-à-dire à l'intérieur du bâtiment. Mais ces travaux ont finalement été interrompus: «Nous attendons du ministère qu'il prenne la décision de participer à l'approfondissement des connaissances en ce domaine en relançant ces études», précise Michel Rumeau. Un travail mené sur ces deux fronts, l'associatif et l'administratif, «serait plus complet et aiderait à mieux protéger les professionnels du BTP, ainsi que le grand public avoisinant», conclut-il.




A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus