Construction: les risques professionnels facteurs de surmortalité

Le 22 juillet 2009 par Victor Roux-Goeken
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Par rapport au reste de la population française, les travailleurs de la construction présentent un risque accru de mortalité prématurée (avant 65 ans) toutes causes, ainsi qu’un excès de mortalité par accidents, en particulier par chutes accidentelles. C’est la principale conclusion d’une étude (1) publiée mardi 21 juillet dans le Bulletin épidémiologique hebdomadaire (BEH) de l’Institut de veille sanitaire (InVS).

Menée par Anne Thuret de l’InVS de Saint-Maurice (Val-de-Marne), l’étude a été réalisée sur une cohorte de 97.981 hommes âgés de 20 à 64 ans, dont 12.788 s’étaient déclarés travailleurs de la construction au moment du recensement de 1968, sur une période de 25 ans (1974 à 1999).

1.908 décès ont été constatés parmi ces travailleurs tout au long de cette période. Premières causes de décès: les tumeurs malignes (41,6%) et les pathologies non cancéreuses (40,9%).

(1) Analyse de la mortalité prématurée dans le secteur de la construction, Anne Thuret et al., Bulletin épidémiologique hebdomadaire du 21 juillet 2009, n°30


A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus