Consommer responsable, c’est consommer autrement

Le 31 mars 2011 par Célia Fontaine
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
51% des Français disent avoir adopté une consommation plus responsable.
51% des Français disent avoir adopté une consommation plus responsable.

A l’occasion de la 9e édition de la semaine du développement durable (du 1er au 7 avril 2011), les Français sont invités à changer leur comportement pour consommer de façon plus responsable. Quels progrès ont-ils réalisés depuis l’année dernière ?

S’ils sont 71% à déclarer que le développement durable est une nécessité pour eux, les consommateurs ont encore besoin d’être orientés. Ils attendent des informations plus complètes, claires et visibles sur l’impact environnemental des produits qu’ils achètent.

C’est ce qui ressort du baromètre annuel «Les Français et la consommation durable», élaboré par Ethicity [1] en partenariat avec l'Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (Ademe), et présenté le 31 mars au ministère en charge de l’écologie.

Dans les faits, 51% des interrogés disent avoir adopté une consommation plus responsable, en achetant des produits durables, ou en achetant moins (13%), motivés par la recherche d’économies. C’est un engagement un peu plus marqué qu’en 2010, où les Français n’étaient que 46% à faire attention.

« Si la dimension de protection de l’environnement reste citée en priorité, la dimension économique progresse», montre le baromètre: pour un peu plus de 10% (+3 points par rapport à 2010), le développement durable induit une nouvelle forme de croissance économique.

Toujours dans un souci de réaliser des économies, 80% des sondés ont également introduit dans leurs habitudes des «comportements en vue de réduire ou de mieux maîtriser leur consommation d’énergie» (+4 points).

Pour 63% des Français, la santé est une autre préoccupation importante, qui justifie des achats bio et de produits d’une plus grande qualité [2]. « C’est un moyen qui rallie tout le monde surtout si on y ajoute du bien-être, du partage, du plaisir et du goût», a indiqué à ce propos Elisabeth Pastore-Reiss, la présidente d'Ethicity.

On note donc une tendance à vouloir «consommer autrement», mais à condition que les informations disponibles soient claires et accessibles, pour un choix averti. Les consommateurs restent en effet défiants vis-à-vis des discours des marques, ils sont 53% -surtout les plus âgés– à juger qu’il y a « trop de messages publicitaires sur la consommation durable» (en dehors des produits alimentaires). 43% disent même ne plus les supporter.

Aujourd’hui, il existe près de 60 labels différents, de quoi se perdre dans la jungle des certifications et douter de leur sérieux. De 79% à faire confiance aux certifications sociales et environnementales en 2008, ce chiffre est passé à 65% en 2010, ce qui montre bien la méfiance qui règne.

60% des sondés (+15 points par rapport à 2010) seraient donc davantage convaincus d’acheter plus de produits durables s’ils avaient des preuves concrètes de leur meilleure qualité.

« C’est tout l’enjeu de l’affichage environnemental qui sera expérimenté dès juillet prochain», a indiqué Nathalie Kosciusko-Morizet, la ministre en charge de l’écologie. En effet, 168 entreprises (1.000 produits concernés) ont été sélectionnées par l’Hôtel de Roquelaure afin de tester l’affichage des caractéristiques environnementales des produits (contenu en équivalent carbone des produits et de leur emballage, consommation de ressources naturelles ou de l'impact sur les milieux naturels, dans le JDLE).

Mais attention, trop d’indications risquent de nuire à la bonne compréhension. Aujourd’hui 56% considèrent qu’il est difficile de comprendre les informations sur les produits durables. Les entreprises qui souhaitent apporter le plus de détails possible sur les produits devront faire attention à ne pas perdre les acheteurs. L’origine des matières premières et le lieu de fabrication sont les deux premières informations attendues sur les étiquettes des produits.

Enfin, le sondage révèle que les enjeux environnementaux planétaires ne suscitent plus autant l’intérêt des Français: 49% d’entre eux y sont encore très sensibles alors qu’ils étaient 55% en 2008. Ils préfèrent consommer local pour agir en faveur du développement durable.



[1] cabinet de conseil en développement et marketing durable. L'enquête a été menée auprès d'un panel représentatif de 3.557 personnes âgées de 15 à 74 ans entre le 15 février et le 10 mars 2011.

[2] Les ventes de produits alimentaires bio ont progressées de 10% en France l'an dernier par rapport à 2009, avec un chiffre d'affaires record de 3,3 milliards d'euros.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus