Consommation record de poissons en 2010

Le 01 février 2011 par Sabine Casalonga
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

 

Le poisson a atteint une part moyenne record dans l'alimentation, de près de 17 kilogrammes par habitant, alors qu'aucune amélioration n'a été observée dans la situation des stocks halieutiques, selon le rapport de la FAO « La situation mondiale des pêches et de l'aquaculture 2010 », publié lundi 31 janvier.

Cet accroissement s'explique principalement par le développement de l'aquaculture qui est appelée à produire plus de nourriture que la pêche, indique la FAO dans son communiqué. La production mondiale de poissons et de produits de la pêche est passée de 140 millions de tonnes en 2007 à 145 millions de tonnes en 2009, avec une croissance annuelle de près de 7 %.

Au total, les pêches et l'aquaculture font vivre 540 millions de personnes, un nombre record également, soit 8 % de la population mondiale. Les produits de la pêche continuent d'être les produits alimentaires de base les plus échangés à l'échelle mondiale, pour une valeur record de 102 milliards de dollars (74 milliards d’euros) en 2008. Le poisson assure par ailleurs au moins 15 % des besoins moyens en protéines animales de plus de 3 milliards de personnes.

Cependant, les stocks mondiaux surexploités, épuisés ou en phase de reconstitution sont estimés à quelque 32 %,(soit légèrement supérieurs à 2006) et « doivent être restaurés d'urgence », souligne le rapport.

Dans un rapport publié fin décembre, le programme des Nations unies pour l’environnement (Pnue) indiquait que 80 % des stocks halieutiques commerciaux étaient épuisés ou avaient été pêchés au-delà de leur capacité de recharge biologique (voir le JDLE).

A l'autre bout de l'échelle, 15 % des groupes de stocks suivis par la FAO étaient estimés sous-exploités (3 %) ou modérément exploités (12 %) et, par conséquent, capables de fournir des captures supérieures au niveau actuel.

« Le fait que la situation des stocks ne se soit pas améliorée est source de grande préoccupation », estime Richard Grainger, un expert de pêches à la FAO et un des responsables éditoriaux du rapport.

L’étude examine l'intensification des efforts visant à resserrer les contrôles dans le secteur en adoptant, par exemple, des mesures commerciales contre la pêche illicite, le coût de cette pratique étant estimé entre 10 et 23,5 milliards $ (entre 7,26 et 17 milliards €) par an. Le rapport évoque également le débat sur la proposition d'un registre mondial des navires de pêche pour faciliter le travail de la police maritime.

Il préconise une approche intégrée des pêches conjuguant les objectifs de la société et la situation des ressources halieutiques et de leur environnement naturel et humain. Les politiques aquicoles de l'Asie du Sud-est seraient un bon exemple de gestion équilibrée, selon les experts de la FAO.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus