Conséquences de l’incident sur Thorp

Le 15 juin 2005 par Enerpresse
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
L’incident du 10 mai dernier sur Thorp (Thermal Oxide Reprocessing Plant) pourrait avoir des conséquences sérieuses sur l’avenir de la filière nucléaire anglaise. D’abord, classé niveau 3 sur l’échelle Ines, la fuite sur l’installation de fabrication du Mox pourrait entraîner une fermeture du complexe de Sellafield, en Combrie, de 8 mois, a indiqué le directeur général du site, Barry Snelson. En outre, Alan Johnson, le nouveau secrétaire d’État à l’Industrie et au commerce, a ajouté que l’enquête sur cet événement aurait «une grande importance» sur les décisions que doit prendre Londres en matière de remplacement des réacteurs nucléaires vieillissants du parc anglais. Alors que le Premier ministre, Tony Blair, a réclamé un débat sur l’option nucléaire, A. Johnson a précisé : Il faut attendre le rapport (sur l’incident) , mais il s’agit clairement d’un des arguments pour ne pas aller trop loin dans cette voie», a-t-il précisé au Scotsman. «Dans tous les cas, a-t-il insisté, «il faudra répondre aux questions : que fait-on des déchets nucléaires ? A-t-on les moyens et qui va construire ces nouveaux réacteurs?» pour justifier le fait qu’il n’entend pas prendre une décision un mois après sa nomination.


A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus