Confinement généralisé: aux Etats-Unis, la Californie première à sauter le pas

Le 20 mars 2020 par Romain Loury
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
Sans Francisco, déjà en confinement depuis lundi
Sans Francisco, déjà en confinement depuis lundi

La Californie est devenue, jeudi 19 mars au soir, le premier Etat américain à placer sa population en confinement généralisé. Elle rejoint ainsi la liste des quelques pays optant pour cette approche, au même titre que la Chine, la France, l’Italie, l’Espagne et la Belgique. L’Allemagne pourrait prochainement les suivre, tandis que le Royaume-Uni, longtemps réticent, s’en approche.

Dans un pays dont le président, qualifiant le Covid-19 de ‘virus chinois’, a tardé à prendre la mesure du problème, la Californie fait, une fois de plus, figure de pionnière. Jeudi soir, son gouverneur a placé le Golden State en confinement généralisé «jusqu’à nouvel ordre», emboîtant ainsi le pas à San Francisco (depuis lundi 16 mars) et à Los Angeles.

Comme en France, mais sans ‘attestation de déplacement dérogatoire’, les déplacements non essentiels sont proscrits, tous les établissements scolaires fermés –avec cours à distance. Du côté des commerces, seuls les commerces alimentaires, les pharmacies, les banques, les stations essence et les blanchisseries demeurent ouverts. Il est également permis de s’aérer, pour sortir son chien ou faire de l’exercice physique, mais en maintenant une distance de sécurité de 6 pieds (1 mètre 80).

Troisième Etat le plus touché

Si la Californie se montre aussi empressée, c’est en raison de prévisions avançant une contamination allant jusqu’à 56% de la population (40 millions d’habitants) au cours des huit prochaines semaines, si rien n’est fait pour enrayer la progression du virus. Avec 652 cas recensés au 19 mars selon les Centers for Disease Control and Prevention (CDC), l’Etat est à ce jour le troisième le plus touché du pays, derrière l’Etat de New York (4.597 cas) et l’Etat de Washington au nord-ouest (1.187 cas).

Alors que Donald Trump a déconseillé les regroupements de plus de 10 personnes, les mesures sont plus ou moins drastiques d’un Etat à l’autre. A New York, tous les bars, restaurants, gymnases, théâtres, cinémas, casinos et parcs d’attraction sont désormais fermés, ainsi que les établissements scolaires depuis mercredi 18 mars. Sans aller jusqu’au confinement: comme ailleurs aux Etats-Unis, les espaces verts demeurent ouverts, et l’accès aux parcs nationaux est même gratuit, pour permettre aux citadins de prendre l’air.

Ailleurs dans le monde, seule la Chine voit désormais le bout du tunnel. Alors que le pays a connu vendredi 20 mars son deuxième jour consécutif sans nouveau cas local, le confinement est progressivement levé, après six semaines. Nouvelle crainte, la possibilité d’un retour de la maladie par les cas importés: vendredi, 39 personnes contaminées à l’étranger ont été recensés, contre 34 la veille.

Quatre pays européens, bientôt plus

Loin d’avoir connu son pic épidémique, l’Europe confirme donc sa place d’épicentre du Covid-29, et de championne du confinement. A ce jour, quatre pays européens ont décidé d’un confinement généralisé de la population: l’Italie depuis le 9 mars, l’Espagne depuis samedi 14 mars, la France depuis mardi 17 mars, la Belgique depuis mercredi 28 mars. Ailleurs dans le monde, c’est aussi le cas d’Israël et du Venezuela.

D’autres pays européens n’ont pas encore sauté le pas, mais n’en sont peut-être plus très éloignés. En Allemagne, le Land de Bavière sera le premier à adopter le confinement généralisé à compter de vendredi minuit, pour une durée d’au moins deux semaines. Dimanche, la chancelière Angela Merkel doit tenir une réunion de crise avec les présidents des Länder, qui pourrait déboucher sur une généralisation de cette mesure. A ce jour, les restaurants, les bars et les écoles ont déjà été fermés.

Après avoir misé sur l’immunité de groupe, le premier ministre britannique, Boris Johnson, s’est finalement laissé convaincre, face à la flambée des cas, annonçant mercredi la fermeture des établissements scolaires à partir de vendredi (déjà décidée au Pays de Galles, puis en Ecosse et en Irlande du Nord). Si les pubs et restaurants demeurent pour l’instant ouverts, la pression s’accroît sur la capitale, où une fermeture des pubs, restaurants et lieux de loisir, mais pas des magasins, sera annoncée vendredi en fin d’après-midi par Boris Johnson.