Conférence sur le climat de Poznan: un bilan mitigé

Le 15 décembre 2008 par Sabine Casalonga
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
La conférence des Nations unies sur le climat à Poznan (Pologne) s'est achevée dans la nuit de vendredi à samedi sur un bilan mitigé avec l’adoption d’un calendrier de négociations, mais avec aussi la persistance de désaccords sur la question du financement entre pays industrialisés et en développement.

La conférence de Poznan, qui réunissait les représentants de quelque 190 pays depuis le 1er décembre, constituait une étape en vue de l’élaboration d’un nouvel accord sur la réduction des gaz à effet de serre (GES), pour la période post-2012, année de l’expiration du protocole de Kyoto.
Un des acquis a été l’élaboration d’un calendrier de négociations en vue de la conclusion de cet accord fin 2009 à Copenhague (Danemark). Une première version du futur traité devrait être présentée en juin lors de la réunion des Nations unies à Bonn (Allemagne).

La mise en place d'un fonds d'adaptation qui financera, dès 2009, des projets de lutte contre les conséquences du changement climatique dans les pays en voie de développement, représente la deuxième avancée. Cependant, les sommes disponibles, estimées à environ 60 millions de dollars (45 millions d'euros), sont jugées dérisoires par les pays du sud, comparativement aux besoins réels, estimés à plusieurs dizaines de milliards de dollars par an d'ici 2030. Leur demande d’étendre la taxe de 2% sur les mécanismes de développement propre (MDP), outil de financement actuel du fonds, à une taxe similaire sur les transactions du marché du carbone, a été renvoyée à de prochaines négociations.

Selon Greenpeace, la conférence de Poznan a échoué sur trois volets essentiels: l’objectif de réduction des gaz à effet de serre, resté inchangé par rapport à celui de la conférence de Bali en décembre 2007, l'aide aux pays en développement et la protection des forêts. «La meilleure chose à faire, c'est de tirer un trait sur la conférence de Poznan, et avancer sur ce qu'il est possible -et nécessaire- d'accomplir en moins d'un an», a déclaré Karine Gavand, chargée de campagne climat à Greenpeace France dans un communiqué de samedi 13 décembre.

Le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-Moon a proposé de réunir les chefs d’Etat lors d’un sommet en septembre à New York. Il a également appelé les Etats-Unis à assumer un rôle de leader sur le changement climatique. Beaucoup d’experts fonderaient des espoirs sur Barack Obama, le président élu des Etats-Unis, qui a promis pendant la campagne électorale de s'attaquer aux questions climatiques négligées sous les deux mandats de George Bush, selon une dépêche de l’agence Reuters du 14 décembre.


A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus