Concordia: le pompage du carburant a enfin commencé

Le 13 février 2012 par Stéphanie Senet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

C’est finalement vers 17h, le 12 février, qu’a démarré le pompage du mazout contenu dans les réservoirs du navire italien Costa Concordia, devant l’île de Giglio (Toscane).

L’aspiration du carburant a commencé sur l’un des six réservoirs de 400 mètres cubes, ciblés par la première phase de l’intervention. A eux six, ils contiennent 1.518 m3 de mazout, soit 63% du volume total.

La protection civile avait promis d’entamer les opérations ce 13 février, soit un mois jour pour jour après la catastrophe, qui a coûté la vie à 32 personnes.

Avant d’entamer le pompage, il a fallu raccorder le pont flottant aux réservoirs immergés. Cela a pris du temps en raison d’une mer houleuse. Cette opération s’est achevée le 9 février.

Le pompage des 2.400 tonnes de mazout enfermé dans l’épave est opéré par une société néerlandaise, Smit, ainsi qu’une entreprise italienne, Neri. L’opération est délicate. Un déversement du carburant sur le fragile écosystème local serait lourd de conséquences.

«C’est le premier résultat concret de la mobilisation maximale, ces dernières semaines, tant des structures publiques que des entreprises privées», a assuré le commissariat délégué pour l’urgence après le naufrage.

Selon le planning élaboré par les deux intervenants, le pompage des 15 réservoirs pourrait se déployer pendant 28 jours consécutifs, à condition que la météo reste stable. L’extraction se déroule en effet au rythme moyen de 5 m3 de l’heure.

Pour éviter tout déséquilibre du bateau, le prélèvement s’accompagne d’une injection d’eau dans les cuves, simultanée et à poids égal.
Après les 6 premières cibles, les sociétés s’attaqueront à 9 autres réservoirs plus petits, contenant 377 m3 de carburant (16%). Ensuite, il restera encore à vider 348 m3 de mazout stocké dans de petites citernes de la salle des machines.

Mais le pompage ne met pas fin à l’histoire du Costa Concordia. La remise à flot du paquebot pourra, à elle seule, durer entre 7 et 10 mois. Au mieux, l’épave ne disparaîtra donc pas avant l’été 2012. Le plan précis de retrait ne sera pas connu avant la mi-mars, selon la déclaration de Pierluigi Foschi, PDG de la société Costa, propriétaire du Concordia.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus