Concordia: encore un an d’enlèvement

Le 23 avril 2012 par Stéphanie Senet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Les opérations d'enlèvement devraient démarrer début mai
Les opérations d'enlèvement devraient démarrer début mai

Les opérations visant à renflouer et à remorquer l’épave du paquebot, qui s’est échoué le 13 janvier 2012 à une trentaine de mètres du rivage de l’île toscane du Giglio, vont démarrer à partir de début mai.

C’est la société américaine Titan Salvage (filiale du groupe Crowley, spécialisée dans la récupération d’épaves) et l’italienne Micoperi (spécialisée dans la construction et l’ingénierie sous-marine) qui ont remporté l’appel d’offres, lancé en février par la compagnie Costa Crociere, propriétaire du navire.

Le comité technique d’évaluation a indiqué avoir retenu ces sociétés pour leur réponse aux principales requêtes: élimination complète de l’épave, impact réduit sur l’environnement, protection du tourisme et des activités économiques insulaires, et sécurité maximale de l’opération.

Celle-ci a annoncé le 21 avril que «la durée des travaux d’enlèvement est prudemment estimée à 12 mois». La base opérationnelle sera localisée à proximité de Civitavecchia, sur le continent, afin de réduire l’impact sur l’île toscane, indique le quotidien La Repubblica. Costa Crociere doit encore obtenir l’aval définitif des autorités italiennes avant de commencer l’enlèvement.

Une fois le paquebot retiré des eaux, il sera procédé au «nettoyage des fonds et au rétablissement de la flore marine». Par ailleurs, l’épave rejoindra un site de démolition qu’il reste à choisir.

Le pompage du carburant –environ 2.400 tonnes de fioul lourd- a duré environ 6 semaines. Réalisé par la société italienne Neri et la néerlandaise Smit Salvage, il s’est terminé le 24 mars dernier.

32 passagers et membres d’équipage ont péri lors du naufrage. 2 autres personnes sont portées disparues.

Le commandant du navire, Francesco Schettino, est toujours assigné à résidence près de Naples. Il est poursuivi pour «homicides involontaires, manœuvres imprudentes ayant conduit au naufrage, et abandon du navire pendant l’évacuation des 4.229 occupants».

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus