Concilier grands projets énergétiques et biodiversité, mode d’emploi

Le 09 mai 2018 par Marine Jobert
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
2.800 projets de barrages pour les seuls Balkans.
2.800 projets de barrages pour les seuls Balkans.

Le vade-mecum du parfait aménageur d’infrastructures énergétiques et d’installation hydro-électriques vient d’être publié par la Commission. Un premier document est consacré aux infrastructures de transport d’énergie, le second rappelle les exigences imposées à l’hydroélectricité par la réglementation Natura 2000.

Car les sites Natura 2000 «ne sont pas conçus pour être des zones interdites et de nouveaux développements ne sont pas exclus»¸ précise d’emblée la Commission. La cohabitation entre les projets généralement d’ampleur qu’impliquent les infrastructures de transport d’énergie et l’environnement peut «souvent être réalisée grâce à une planification minutieuse, un dialogue constructif et inclusif et, le cas échéant, l'utilisation de mesures d'atténuation appropriées pour supprimer ou préempter les éventuels impacts négatifs des projets individuels ainsi que les impacts cumulatifs sur la conservation du site», plaide t-elle.

Gaz, pétrole et CO2

Le document de 129 pages fournit des orientations et des bonnes pratiques sur l'installation, l'exploitation et le démantèlement des installations de transport et de distribution d'électricité, de gaz et de pétrole, tant sur terre qu’en mer, ainsi que sur la capture de CO2. Il se concentre uniquement sur les infrastructures de transport d'énergie -gazoducs et oléoducs, câbles de transport d'électricité à haute et moyenne tension, installations de distribution-, et non sur les installations de production d'énergie telles que les plates-formes pétrolières, les barrages hydroélectriques, les éoliennes, les centrales électriques, etc.

Rivières hautement dégradées

Les lignes directrices consacrées aux barrages hydroélectriques, au confluent de quantité de réglementations communautaires, ont été bâties autour d’une série d'expériences pratiques, pour décrypter comment les effets de l'hydroélectricité peuvent être évités ou au moins minimisés dans une gamme de conditions différentes. Il y est notamment rappelé qu’un nombre important d'espèces animales et végétales sauvages d'Europe, dont quelque 400 espèces d'eau douce protégées par les directives Oiseaux et Habitats, dépendent des écosystèmes des rivières et des lacs pour leur survie. Cependant, aujourd'hui, la plupart des rivières d'Europe sont dans un état hautement dégradé et soumis à une «pression immense» provenant d'un large éventail d'activités socio-économiques (y compris l'hydroélectricité), concède la Commission.

Planification stratégique des barrages

Le chapitre 4 attirera particulièrement l’attention des associations écologistes qui alertent sur les quelque 2.800 projets de barrages –petits ou grands- en gestation dans les Balkans          , puisque la Commission préconise une «planification stratégique» et que la conception de plans et des projets hydroélectriques prennent en compte les exigences écologiques du fleuve «dès le début du processus de planification et, si possible, d'améliorer l'état écologique du fleuve». Comme le document consacré aux infrastructures, celui-ci contient de procédures de bonnes pratiques et des méthodologies sans portée normative. «Ils visent plutôt à offrir des conseils, des idées et des suggestions utiles sur la base de discussions avec des représentants de l'industrie, des autorités nationales et internationales, des ONG, des experts scientifiques et d'autres parties prenantes», espère la Commission.

 



Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus