Compensation carbone: la Caisse des dépôts fait le point

Le 16 octobre 2007 par Agnès Ginestet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

Une note d’étude de la Mission climat du groupe souligne le nombre croissant de prestataires proposant une compensation volontaire des émissions de gaz à effet de serre. Mais certains défauts du système peuvent encore dissuader les acheteurs potentiels.

Organisateurs d'événements sportifs ou culturels, administrations, entreprises, et même particuliers: de nombreux acteurs se sont lancés dans la compensation volontaire. «Les réductions d'émissions doivent être réelles, mesurables, vérifiables et additionnelles par rapport à ce qu'il se serait passé en l'absence du projet de réduction d'émission», précise Yvo de Boer, responsable du dossier climat aux Nations Unies, interviewé par la Mission climat de la Caisse des dépôts et consignation (1). Malgré tout, cette démarche de compensation volontaire reste limitée. Ainsi, en 2006, elle représentait mondialement 13 millions de tonnes d'équivalent CO2 (Mteq CO2), ce qui est peu au regard des 466 Mteq CO2 pour les projets «Kyoto», c'est-à-dire les mécanismes de développement propre (MDP) et de mise en oeuvre conjointe (MOC).

«Dans la lutte contre les gaz à effet de serre, la première action à conduire est une réduction des émissions. La compensation est un levier complémentaire», a déclaré Christian de Perthuis, professeur associé à l'université Paris-Dauphine et directeur de la Mission climat, lors d'une conférence de presse le 11 octobre. Environ 70 prestataires spécialisés dans la vente de compensation carbone ont été recensés dans le monde. «Leur nombre a explosé ces trois dernières années», a souligné Valentin Bellassen, membre de la mission et co-auteur de la note d'étude (2). En y regardant de plus près, 26 de ces acteurs sont américains, et une quarantaine se trouvent dans l'Union européenne, dont la moitié sont Britanniques et 6 sont Français, parmi lesquels figurent Climat mundi et Action carbone.

La demande mondiale provient à 54% des entreprises, 17% des particuliers et 13% des particuliers via l'achat de produits pour lesquels les émissions carbone ont été compensées. Le spécialiste de la moquette Interface, par exemple, vend des produits dont les émissions générées lors de la fabrication et de la livraison sont compensées via une augmentation de prix de 1%.

Les projets de compensation sont variés, et ceux qui concernent la forêt  représentent 36% du total, alors qu'ils ne sont que 1% dans le cadre du protocole de Kyoto. A l'inverse, les projets portant sur les gaz industriels comme le protoxyde d'azote (N2O) et les gaz fluorés (HFC, PFC et SF6) sont plus rares que dans les projets Kyoto.

«Le flou des règles méthodologiques et la faible traçabilité des produits autorisent la présence de projets de mauvaise qualité et ne procurent pas une information sécurisée à l'acheteur. Il en résulte une troublante hétérogénéité des prix», précise cependant la note d'étude. L'Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie (Ademe) avait déjà fait cette analyse en février dernier (4).

La Caisse des dépôts promeut l'établissement de standards volontaires comme il en existe déjà (3), afin de pouvoir acheter des émissions labellisées. La caisse est également favorable à un système de lien entre les registres existants afin d'assurer une «traçabilité de chaque tonne de CO2, du projet de réduction d'émissions à la vente au client final qui cherche à compenser». Une démarche qui n'est pas sans rappeler celle des labels liés à l'agriculture biologique et au commerce équitable.



(1) Voir la lettre trimestrielle numéro 10 de la Mission climat de la Caisse des dépôts, octobre 2007

(2) Note d'étude numéro 11, septembre 2007, Valentin Bellassen et Benoît Leguet de la Mission climat de la Caisse des dépôts

(3) Exemples de labels existants: voluntary carbon standard (VCS), voluntary gold standard (VGS), Code of best practice du ministère britannique de l'environnement (Defra)


(4) Voir l'article du JDLE «L'Ademe veut harmoniser la compensation des rejets de CO2»






A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus