Comment limiter la pollution domestique

Le 02 mai 2007 par Agnès Ginestet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

5% de la mortalité et de la morbidité (1) sont liés à la pollution de l'air à l'intérieur des habitations dans les 21 pays les plus touchés, dont l'Afghanistan et l'Ethiopie. Ces nouvelles estimations viennent d'être publiées par l'Organisation mondiale de la santé (OMS). Elles soulignent la menace que peuvent représenter les combustibles solides utilisés par plus de 3 milliards de personnes pour cuisiner et se chauffer, en particulier la biomasse (bois, bouse de vache et résidus agricoles) et le charbon.

Selon l'OMS, un lien a été établi entre l'exposition à ce type de pollution et l'apparition de nombreuses maladies, notamment la pneumonie de l'enfant et les affections respiratoires chroniques chez l'adulte. Mais utiliser des combustibles considérés comme plus propres et plus efficaces comme le biogaz, le gaz de pétrole liquéfié (GPL) et le pétrole utilisé pour les lampes à pétrole permettrait d'éliminer en grande partie ce risque et d'éviter 1,5 million de décès annuels. A court terme, des fourneaux améliorés, des hottes évacuant la fumée et des cuisinières offrant une bonne rétention de la chaleur pourraient permettre de limiter les risques.

La quinzième session de la Commission des Nations Unies sur le Développement durable a lieu jusqu'au 11 mai. Les ministres de l'énergie, de l'environnement et du développement y décideront s'il faut adopter des recommandations pour intégrer la réduction de la pollution domestique aux politiques nationales.

(1) taux de morbidité : rapport entre le nombre des malades et celui d'une population pendant une période donnée (souvent, un an)




A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus