Comment les compagnies d’eau anglaises se préparent à la sécheresse

Le 23 mai 2011 par Geneviève De Lacour
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
La sécheresse menace l'approvisionnement en eau de l'Angleterre
La sécheresse menace l'approvisionnement en eau de l'Angleterre

Le gouvernement britannique a exigé des compagnies d’eau qu’elles présentent un plan de lutte contre les changements climatiques. Les entreprises vont aussi devoir assurer l’approvisionnement si l’épisode de sécheresse perdure. La publication des programmes de ces entreprises privées arrivent donc à point nommé. Qu’en est-il alors des compagnies françaises?

La Grande-Bretagne connaît actuellement un épisode de sécheresse sans précédent. Dans l’est de l’Angleterre, l’une des régions les moins arrosées du pays, les sols sont aussi durs que du béton et les nappes phréatiques s’épuisent. Il faut dire qu’en avril, l’Angleterre et le Pays de Galles ont reçu un cinquième des précipitations habituelles pour le mois. Quant au mois de mars, il fut le plus sec depuis 1961.

En Angleterre et au Pays de Galles, 21 compagnies privées gèrent l’approvisionnement en eau. Le ministère de l’environnement (Department for environment food and rural affairs, Defra) a demandé que chacune des compagnies anglaises produise un rapport sur les mesures à prendre pour pallier les problèmes liés à la sécheresse et plus généralement au changement climatique. Le 20 mai le ministère de l’environnement a rendu publics ces rapports.

«Avec le temps exceptionnellement sec que nous connaissons actuellement, il s’agit d’une répétition de ce que nous pourrions connaître en cas de changement climatique. Même si des mesures contre la sécheresse ne sont pas nécessaires pour le moment, des inquiétudes compréhensibles se sont fait jour, qui soulignent l’importance de protéger l’approvisionnement en eau, potentiellement menacé par un climat globalement plus sec», a déclaré Oliver Henley, ministre britannique de l’environnement.

Les rapports annoncent une future diminution des précipitations, un changement dans le régime des pluies et une augmentation de la demande des consommateurs pendant les vagues de chaleur, ce qui pourrait affecter la disponibilité de la ressource et la recharge des réservoirs. Les traitements de l’eau devraient être plus nombreux si la qualité de l’eau diminue. Ce qui permettrait de réduire les risques de développement microbien pendant les fortes chaleurs.

East Anglia est la région la plus sèche du pays puisqu’elle n’a reçu le mois dernier que 5 millimètres de pluie, soit 11% de sa moyenne mensuelle. Anglian Water, qui l’approvisionne, a investi 133 millions d’euros pour la construction d’une nouvelle station de pompage à Rutland, une nouvelle usine de traitement des eaux usées et 41 kilomètres de réseau. La compagnie a augmenté de 25% les capacités des réservoirs qui approvisionnent les villes de Peterborough, Milton Keynes et Corby.

De son côté, United Utilities a construit un pipeline d’ouest en est pour faciliter le transfert d’eau entre ses différentes zones de distribution; la compagnie Severn Trent a décidé d’investir 232 millions € entre 2010 et 2015 pour améliorer la sécurité de l’approvisionnement en eau de ses 2.940.000 clients.

Peter Simpson, directeur d’Anglian Water, déclare: «Notre région est en première ligne en matière de lutte contre le changement climatique, et de grandes zones se situent sous le niveau de la mer. Nous devons nous tenir prêts à faire tout notre possible pour que l’eau continue à couler des robinets et cela malgré la raréfaction des ressources. Nous avons investi à Rutland, mais chacun doit remplir son rôle et ne pas gaspiller de précieuses ressources

Et de compléter: «En ce qui concerne Anglian Water, la compagnie fait son maximum pour installer des compteurs d’eau, pour offrir des moyens d’économiser l’eau à des millions de ses clients et pour réduire les fuites au minimum sur les 40.000 km de son réseau. Ces derniers mois, nous avons fait d’énormes efforts pour réparer les fuites sur le réseau dues aussi aux nombreuses explosions de canalisations provoquées par un hiver particulièrement rigoureux. Notre rôle premier est de sécuriser l’approvisionnement, mais notre devoir porte aussi sur la conservation du milieu naturel.»

Car le réservoir de Rutland est aussi une zone humide particulièrement appréciée des oiseaux. Pour que la baisse du niveau d’eau au cours des prochains mois n’affecte pas trop les oiseaux, la compagnie a mis en place un réseau de lagunes et de zones humides permettant de leur garantir un habitat plus sûr.

En Angleterre, les distributeurs d’eau s’engagent donc contre la sécheresse. Qu’en est-il en France? Le JDLE a interrogé les deux principales entreprises françaises. La première n’a pas souhaité répondre. La seconde n’avait pas rappelé à l’heure du bouclage.

En saurons davantage demain?
 

 


 


A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus