Combien de vin bio dans le monde?

Le 24 avril 2018 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
En 2015, 1,5% du vignoble champenois était cerfié bio.
En 2015, 1,5% du vignoble champenois était cerfié bio.
VLDT

 

A l’heure où le climat porte de rudes coups à la production de vin européens, les spécialistes peinent à estimer avec précision la part du bio dans la culture de la vigne et la production de vin.

 

Encore marginale, la surface mondiale de vignes cultivées selon les différents canons de l’agriculture biologique semble être bien difficile à déterminer. Ce mardi 24 avril, l’organisation internationale de la vigne et du vin (OIV) a livré des estimations qui ne cadrent pas avec celles d’autres professionnels.

Au cours d’une conférence de presse, Jean-Marie Aurand, directeur général de l’OIV, a estimé que 8 à 12% des surfaces viticoles mondiales étaient cultivées en bio, l’an passé. Dit autrement, de 608.000 à 912.000 hectares de vignes seraient conduites sans recours aux intrants de synthèse. Ces chiffres peuvent surprendre car ils sont très supérieurs à ceux diffusés par l’Agence Bio. Dans un opuscule, publié en octobre dernier, l’Agence Bio estimait que 332.905 hectares de vignobles étaient cultivées en bio dans le monde, certes en 2015. Soit 4% de la surface totale.

L’agence Bio estime à 9%  la part du vignoble français à mériter l’étiquette AB.

L’observatoire français de l’agriculture et de l’alimentation biologiques évalue à 7,5 millions d’hectolitres le volume de vin bio produits en 2014, soit 2,8% de la production totale mondiale. De son côté, Jean-Marie Aurand chiffre cette production entre 3 et 5% du total mondial.

D’une façon générale, a indiqué, l’OIV, le vignoble mondial continue de se rétracter. Sa surface s’étend désormais sur 7,6 millions d’hectares, contre 7,8 millions entre 2000 et 2004. La baisse des surfaces européennes, turques et iraniennes ont presque été compensées par la progression du vignoble chinois qui, avec 870.000 hectares est le deuxième du monde, derrière l’espagnol (967.000 hectares), mais devant le français (787.000 hectares).

Les accidents climatiques ont porté un rude coup à la production de vin. En 2017, celle-ci devrait s’élever à 250 millions d’hectolitres (-24% en un an): «un niveau historiquement faible», estime l’OIV. En Europe, les productions italiennes, française, espagnole et allemande (47% du total mondial) ont reculé, respectivement, de 17%, 19%, 20% et 15% par rapport à 2016.



Sites du groupe
Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus